Définitions

1. Bases de données :

Fichier ou ensemble de fichiers permettant le stockage permanent ou temporaire et l’accès à des informations structurées. (1) On emploie parfois le terme de banque de données à la place de base de données.
Les bases de données peuvent recenser toute sorte d’informations (données statistiques, documents iconographiques, sonores…) Il existe des bases de données bibliographiques qui répertorient des ouvrages, des articles de périodiques, des thèses… Elles permettent de faire une recherche à l’aide de divers critères (sujet, titre, auteur…). (2)

(1) Dictionnaire de l’informatique et de l’Internet. Dicofr.com, sv. « bases de données ». (en ligne)
(2) Université de Montréal, Direction des bibliothèques, InfoSphère. (en ligne)


2. Bibliographie :

Méthode heuristique conduisant à l’élaboration d’un corpus documentaire
Liste exhaustive de tous les documents (sources, travaux, instruments de travail) utilisés pour rédiger un mémoire, un livre, un article…
Instrument qui répertorie, de manière cohérente et hiérarchisée, tous les ouvrages parus en un certain temps, un certain lieu et sur un certain sujet.

On distingue généralement deux types de bibliographies. Les bibliographies rétrospectives et les bibliographies courantes.

Les bibliographies rétrospectives sont des listes de travaux parus sur un sujet précis endéans une période déterminée par leur auteur. Elles sont, par conséquent, tributaires de choix personnels et subjectifs. Généralement très fouillées, elles ont l’avantage de présenter des références d’articles difficilement identifiables par ailleurs.
Les bibliographies historiques rétrospectives sont essentiellement consacrées aux travaux même si quelques-unes mentionnent également des (éditions de) sources. Certaines ont fait et font encore l’objet de compléments annuels mais elles ne donneront jamais, par définition, un état actuel de la question.

Les bibliographies courantes sont des listes de travaux consacrés à un sujet donné, publiées périodiquement. Elles permettent d’établir, à intervalle régulier, un état d’avancement de la recherche sur un sujet précis et d’actualiser une bibliographie sur un domaine déterminé.

NB : Toutes les études scientifiques mentionnent – en notes de bas de page et/ou à la fin du travail – les ouvrages consultés. Il y a donc là une source d’informations bibliographiques qu’il est utile d’exploiter. Pour cela, il faut « remonter la bibliographie », celle des ouvrages généraux, puis des travaux cités par eux et ainsi de suite.


3. Catalogue :

Inventaire d’une bibliothèque, d’un dépôt…, soit la liste des ouvrages conservés dans une bibliothèque, un dépôt… Le catalogue permet de localiser un document dans cette bibliothèque, ce dépôt… Beaucoup de catalogues sont aujourd’hui informatisés et accessibles via Internet. (3)

(3) Université de Montréal, Direction des bibliothèques, InfoSphère. (en ligne)


4. Moteur de recherche :

Logiciel qui balaye automatiquement le Web, dont il indexe en partie le contenu. Il permet de faire des recherches à partir de mots-clés et d’accéder à l’information trouvée. (ex : Google, Yahoo et MSN)

Dictionnaire de l’informatique et de l’Internet. Dicofr.com, sv. « moteur de recherche ». (en ligne)


5. Périodique :

« Publication en série dont les numéros paraissent sous un même titre en suivant un rythme – ou périodicité – régulier (journalier, hebdomadaire, mensuel, trimestriel, annuel, etc.) Chaque numéro se distingue par une mention chronologique ou numérique. Parmi les différents types de périodiques, on différencie les quotidiens généralistes, les magazines généralement thématiques mais grand public et les revues scientifiques. Ces dernières sont destinées à un public spécialisé : elles rassemblent des articles rédigés par des scientifiques ou des professionnels, généralement sélectionnés par un comité de lecture. » (4)

(4) Haute école de Genève, Calis. (en ligne)


6. Plagiat :

S’approprier le style, le fruit du raisonnement ou les idées de quelqu’un d’autre, fut-ce un camarade, est un vol intellectuel ; que le travail pillé soit ou non édité, c’est du plagiat. Que ce soit délibéré ou non, présenter les réflexions d’autrui comme étant les siennes, s’inspirer d’un peu trop près d’un modèle que l’on omet de désigner, copier-coller une partie de document Internet, télécharger des textes complets mis en ligne gratuitement sont les formes les plus courantes de plagiat.
Au sein de l’université, des sanctions académiques menacent l’étudiant plagiaire. En tout lieu, le plagiaire est susceptible d’être poursuivi et légalement punissable.
La meilleure façon de s’affranchir d’une accusation de plagiat est de placer les citations entre guillemets et de citer systématiquement en notes les sources sur lesquelles on s’est appuyé.
Recopier une production personnelle dans un autre de ses propres travaux n’est pas considéré comme du plagiat ; il reste, par contre, évident qu’un même travail ne peut être rendu dans deux cours différents ni a fortiori à deux éditeurs différents.


7. Portail :

Page de site Web offrant le maximum de liens vers les différentes parties de ce site ou d’autres sites. (5)

(5) Dictionnaire de l’informatique et de l’Internet. Dicofr.com, sv. « portail ». (en ligne)


8. Portail de revues :

Site Web donnant accès à un ensemble de revues numérisées ou numériques défini par l’éditeur / l’auteur du portail. Cet accès peut être limité à la table des matières de la revue ou permettre le téléchargement libre ou payant des articles.


9. Sources :

Traces du passé qui constituent l’ensemble de la documentation à la disposition du chercheur. C’est le matériau de base de la recherche historique, la matière brute. L’historien travaille principalement à partir de sources écrites mais les objets matériels et les documents audio-visuels et iconographiques représentent également des sources potentielles.

Exemples :
Sources écrites : historiae, gestae, mémoires de contemporains, pamphlets, revues, journaux…
Objets matériels : édifices, pièces de monnaie, éléments architecturaux, objets du quotidien…


10. Travaux :

Mise en œuvre de ces sources ; ils sont essentiellement utilisés par l’historien pour éclairer son information. On distingue généralement les livres (monographies, mélanges, actes de colloques) des articles. Un livre est un travail rédigé par un ou plusieurs auteurs ou placé sous la direction d’un ou plusieurs auteurs. Un article est un travail rédigé par un ou plusieurs auteurs ; il est inséré dans un recueil périodique ou non périodique.