Kernos, supplément 15 (2005)

¥COVER-15OK.indd

Véronique DASEN, Marcel PIÉRART (éds), Idia kai dèmosia. Les cadres «privés» et «publics» de la religion grecque antique
316 pages. Prix : 40 €

L’opposition structurale tracée entre privé et public à partir de deux concepts grecs fut, pour un temps, un instrument d’investigation précieux pour les historiens et les anthropologues de la culture de la Grèce antique, en particulier dans le champ de l’histoire des institutions politiques et dans celui de l’histoire des religions. Cette opposition a toutefois fini par dessiner des frontières artificielles et imperméables dans des domaines de la réalité sociale qui souvent se recoupent et se superposent. Des questionnements récents ont tenté d’évaluer la pertinence de tels concepts, dans des communautés où l’engagement des individus relève du domaine commun, et ce volume participe résolument de cette réflexion critique.
Les interférences entre «public» et «privé» sont tour à tour examinées, par l’analyse de cas précis, dans les domaines des pratiques religieuses, de l’administration du droit, de la littérature (tragédie), de la vie politique et de la pensée philosophique. À l’opposition binaire trop rigide se substituent des concepts plus dynamiques tels que ceux de «cercle de sociabilité», de «publicité» (par les pratiques de l’écriture), de «sanction sociale» (d’une pratique individuelle et volontaire), de «personne sociale» (avec l’image collective dont elle est l’objet).

Sommaire

M. PIÉRART et V. DASEN, Présentation
G. DONNAY, Euchet’ epeita stas mesôi herkei (Iliade Pi 231, O 306)
F. DE POLIGNAC, Usages de l’écriture dans les sanctuaires du haut archaïsme
P.  BRULÉ, «La cité est la somme des maisons». Un commentaire religieux
V. PIRENNE-DELFORGE, La cité, les dèmotelè hiera et les prêtres
S. GEORGOUDI, Athanatous therapeuein. Réflexions sur des femmes au service des dieux
P. SCHMITT PANTEL, Les pratiques religieuses dans la construction de l’image des hommes politiques athéniens du Ve siècle avant J.-C. : de l’idion au dèmosion
L. BRUIT ZAIDMAN, Xénophon entre dévotion privée et dévotion publique. L’exemple de l’Anabase
I. RATINAUD-LACHKAR, Qui enterre-t-on ? Idion et dèmosion vus au travers des tombes argiennes d’époque géométrique
A. KAVOULAKI, Crossing Communal Space: The Classical Ekphora, ‘Public’ and ‘Private’
A. MOREAU, Deuil officiel et deuil privé dans la tragédie. L’Orestie, les deux Électre, Antigone
L.-M. L’HOMME-WERY, Les Mystères d’Éleusis entre privé et public
Y. USTINOVA, Lege et consuetudine: Voluntary cult associations in the Greek law
A.-F. JACCOTTET, Du thiase aux mystères. Dionysos entre le «privé» et «l’officiel»
V. SUYS, Les associations cultuelles dans la cité aux époques hellénistique et impériale
S. ANEZIRI, Étude préliminaire sur le culte privé des souverains hellénistiques : problèmes et méthode
P. IOSSIF, La dimension publique des dédicaces «privées» du culte royal ptolémaïque
R. KOCH PIETTRE, Des Épicuriens entre la vie retirée et les honneurs publics
E. VOUTIRAS, Sanctuaire privé – culte public ? Le cas du Sarapieion de Thessalonique
I. TASSIGNON, Naturalia et curiosa dans les sanctuaires grecs
S. DUCATE-PAARMANN, Index

Ce volume a été publié avec le soutien du Fonds national suisse de la recherche scientifique