PROCHAINES MANIFESTATIONS

Vers l’agenda complet

Nouvelle publication

Grégory MAINET & M. Stella GRAZIANO (éd.), Ad Ostium Tiberis, Proceedings of the Conference « Ricerche archeologiche alla Foce del Tevere. Primo Incontro Internazionale dei Dottorandi e Dottorati di Ricerca » (Ostie et Rome, 18-20 décembre 2018), Leuven-Paris-Bristol, 2022.

Le SHAARAGR a le plaisir de vous informer que les actes du colloque des jeunes chercheurs travaillant à Ostie, organisé les 18-20 décembre 2018 par Grégory Mainet (ULiège/La Sapienza) et Stella Graziano (La Sapienza) viennent de paraître chez Peeters, dans la collection Studia Academiae Belgicae. Parmi les participants figurent plusieurs collaborateurs ou anciens collaborateurs du SHAARAGR: Simon Dienst, Géraldine Frère, Élodie Herens et Lucie Motta.

Pour plus d’informations: Peeters-leuven.be

Un nouveau mandat, synonyme de nouveaux développements
dans l’étude de l’iconographie antique au SHAARAGR :

Stéphanie DERWAEL, Chargée de Recherches F.R.S.-FNRS (2021-2024)
L’hybride humano-végétal dans les décors et l’imaginaire romains

Les figures humano-végétales envahissent les décors romains dès la moitié du Ier s. av. J.-C. Héritières du bagage formel, symbolique et religieux de leurs homologues grecs, elles font l’objet d’une diversification formelle et syntaxique sans précédent, expression d’un renouvellement symbolique inédit. Parfois discrètes, elles sont victimes de la dévalorisation moderne de l’ornement, et n’ont jusqu’à présent suscité que peu d’intérêt. Leur mise en série laisse pourtant entrevoir toute l’originalité et l’importance de cet élément dans l’imaginaire romain.

La végétalisation de la figure humaine sert d’épithète iconographique : elle manifeste une prérogative de certains dieux, « Maîtres de la végétation ». Mais ces figures constituent-elles de simples gages de fertilité et de renouveau ? Leur hybridité-même, jusqu’à présent ignorée, est fondamentale. Car l’hybride, altérité née de la confrontation à la nature, est relégué aux extrémités du monde où il marque symboliquement une limite qui distingue sans exclure, et symbolise un ailleurs rendu bénéfique par l’action de la puissance impériale. Les figures végétalisées du monde romain évoqueraient ainsi des forces subversives de diverses natures, évoluant aux marges de l’espace civique et garantissant, par l’expérience de la transgression, la stabilité de l’ordre cosmique, concept central de l’idéologie romaine. Cette lecture inédite du motif repose sur une triple approche : l’examen formel et syntaxique des images (prises en compte, notamment, dans leur dimension spatiale), l’analyse de leurs contextes d’utilisation et des milieux socio-culturels dans lesquels elles apparaissent, et l’étude du sentiment de la nature.

Cette recherche, qui s’appuie sur la confrontation des sources littéraires et matérielles, éclaire sous un angle nouveau le langage visuel des Romains, et soulève une problématique historique dont on mesure pleinement l’actualité. Celle du rapport de l’homme à la nature, du rapport entre nature et culture.

Ce projet de recherches constitue le deuxième axe de la base de données Diphuès – iconothèque de l’hybride humano-végétal, outil de recherche, d’échange et de dialogue mis à disposition de la communauté scientifique internationale en open access.

Bourse postdoctorale « Academia Belgica − F.R.S.-FNRS »

Grégory MAINET
L’invention d’Ostie dans la première moitié du XXe s.
La discipline archéologique face aux enjeux politiques,

économiques et culturels de son temps

Le Parco Archeologico di Ostia Antica figure aujourd’hui parmi les sites touristiques les plus visités de la péninsule italienne : il constitue une véritable attraction pour les visiteurs du monde entier, avides de découvrir la vie quotidienne des Romains. Le patrimoine conservé dans ce parc archéologique offre en effet un matériau de premier choix pour appréhender l’histoire d’une ville antique sur plus d’un millénaire (IVe s. av. – VIe s. ap. J.-C.). Pour autant, il ne faut pas oublier que cette « institution » moderne, qui a plus d’un siècle maintenant, s’insère elle aussi dans l’histoire d’Italie et, en tant que tel, mérite une étudie à part entière.

La création du parc archéologique, dans la première moitié du XXe s., fait partie prenante d’enjeux politiques, économiques et culturels plus vastes : elle est liée à l’aménagement des territoires situés de part et d’autre de l’embouchure du Tibre et, plus généralement, aux événements qui marquèrent l’histoire d’Italie à cette époque. En effet, l’Antiquité romaine était alors régulièrement convoquée par les différentes idéologies nationalistes du moment, comme source de légitimation de leur politique. Le présent projet de recherche cherchera à éclairer les dynamiques au sein desquelles s’inscrit la formation du parc archéologique, qui restent méconnues. Et, à travers le cas particulier d’Ostie, il ambitionne de porter une réflexion épistémologique sur la discipline archéologique au cours de cette période mouvementée.

Dans cette perspective, l’étude des documents conservés dans les archives du Parco Archeologico di Ostia Antica et dans les différents dépôts d’archives de l’administration communale (Archivio Capitolino…) et étatique (Archivio Centrale di Stato…) jouera un rôle crucial. La richesse de cette documentation donnera la possibilité d’examiner attentivement l’économie d’un parc archéologique, qui est loin de se résumer aux seules fouilles. L’étude des différents acteurs impliqués – les ouvriers, les assistants et les directeurs des fouilles – sera déterminante et permettra d’aborder la question de l’invention d’Ostie sous un angle micro-historique.

Une telle enquête, novatrice, envisage la constitution du parc archéologique comme une phase à part entière de l’histoire des territoires situés à l’embouchure du Tibre. En cela, elle s’inscrit dans la continuité du workshop organisé le 27 mai 2019 à l’Academia Belgica di Roma. De nouveau, cette dernière soutient pleinement ces investigations : son comité scientifique a en effet octroyé une bourse de six mois au Dr. Grégory Mainet, afin qu’il conduisent ses travaux à leur terme.

PUBLICATIONS RECENTES

Grégory MAINET & M. Stella GRAZIANO (éd.), Ad Ostium Tiberis, Proceedings of the Conference « Ricerche archeologiche alla Foce del Tevere » (Rome-Ostia, December 2018, 18th-20th), Leuven-Paris-Bristol 2022.
Peeters-leuven.be

      • Simon DIENST & Géraldine FRÈRE, « Appréhender l’étude du verre du Tempio dei Fabri Navales et de la Schola del Traiano », pp. 333-352.
      • Elodie HERENS (avec la collaboration de Catherine Defeyt, Lucie Motta, Thomas Morard & David Strivay), « Le IIe style “ostien” sous enquête. Imagerie et analyses physico-chimiques des enduits peints de la Domus aux Bucranes », pp. 191-206.
      • Grégory MAINET, « The Raisings of the Eastern Decumanus at Ostia : a New Reading of Archival Evidence (1908-1924) », pp. 39-62.
      • Lucie MOTTA, « Les céramiques tardo-républicaines de la Schola del Traiano. Étude croisée des pâtes et des données morpho-typologiques », pp. 279-296.

Stéphanie DERWAEL, « The Peopled Scroll of the Great Palace Mosaic in Constantinople. New Perspectives », Journal of Mosaic Research 14 (2021), pp. 101-126.
http://hdl.handle.net/2268/254330
https://dergipark.org.tr/tr/pub/jmr/issue/65745

Grégory MAINET, « Economic Activities and the Streetscape of Roman Cities in Central Italy (Lazio and Abruzzo) », in G. Mainet & Th. Morard (éd.), Roman Street and Urban Economy, Heidelberg 2021, pp. 27-40.
http://hdl.handle.net/2268/225407

Grégory MAINET & Thomas MORARD, « Roman Street and Urban Economy », in G. Mainet & Th. Morard (éd.), Roman Street and Urban Economy, Heidelberg 2021,  pp. 1-7.

Thomas MORARD & Charles WASTIAU, « Les sols en béton de tuileau de la “Domus aux Bucranes” à Ostie. Contexte de production et observations technologiques », in V. Blanc-Bijon (éd.), Pavements et sols en béton et en mortier : vocabulaire, techniques, diffusion, Actes du Colloque international (Aix-en-Provence, 26-27 avril 2017), Bordeaux 2021, pp. 69-85.
http://hdl.handle.net/2268/225383

Magali SOURIS, Emmanuel DELYE, Line VAN WERSCH & David STRIVAY, « Early Medieval Wall Paintings from the Collegiate Church of Amay (BE). Material Studies and Comparisons with Window Glass and Mosaics from North-Western Europe », in F. Marazzi (éd.), La pittura parietale aniconica e decorativa fra tarda antichità e alto medioevo. Territori, tradizioni, temi e tendenze, Actes des journées d’étude (Naples, Museo Archeologico Nazionale, 7-8 septembre 2019), Isernia 2021, pp. 13-32.

Ostia Antica, Storia e archeologia alle porte di Roma. FORMA URBIS. Itinerari nascosti di Roma antica, Roma 2020.
http://hdl.handle.net/2268/246710

      • Grégory MAINET, « La sistemazione delle strade urbane di Ostia », pp. 18-23.
      • Claudia TEMPESTA & Grégory MAINET, « Il Teatro di Ostia Antica », pp. 33-37.
      • Thomas MORARD, « Il caso della “Schola del Traiano” dall’E42 a oggi », pp. 43-45.