Depuis 2010, l’Université de Liège participe aux recherches archéologiques menées sur la parcelle de la « Schola del Traiano » (IV, V, 15-16) à Ostia Antica. Cet édifice fut mis au jour en automne 1938 au cours des fouilles soutenues par le régime de Mussolini en vue de l’Esposizione Universale di Roma (EUR42). De nouvelles investigations furent entreprises en 1997 et 1998 par le Prof. Cl. KRAUSE (Université de Genève), puis, entre 2000 et 2010, par une mission archéologique internationale conduite par les Profs. J.-M. MORET (Université Lumière Lyon 2) et Th. MORARD (Université de Liège) en étroite collaboration avec la Soprintendenza per i Beni Archeologici di Ostia, aujourd’hui Parco Archeologico di Ostia Antica.

Ces investigations ont permis de documenter une stratigraphie qui s’étend du IIe s. av. jusqu’au Ve s. ap. J.-C. Au cours de cette longue période d’occupation, trois édifices distincts se sont succédé : la Domus dei Bucrani (Ier s. av. J.-C.), témoin essentiel de l’architecture domestique et du système décoratif (IIe style) d’Ostie à la fin de la République, fut détruite après seulement deux générations et remplacée par la Domus a Peristilio (Ier-IIIe s. ap. J.-C.). Les investigations de notre mission archéologique ont notamment permis de révéler le nom du propriétaires de cette domus au milieu du IIe s. ap. J.-C., le consul suffect Caius Fabius Agrippinus. Contrairement à la plupart des domus des premiers temps de l’Empire, celle-là fut maintenue en état jusqu’au règne des Sévères, au cours duquel un bâtiment singulier fut construit à sa place, la Schola del Traiano (IIIe-Ve s. ap. J.-C.), un édifice monumental traditionnellement relié à l’activité corporative et, plus récemment, au service de l’annone. A la fin du IIIe s. ap. J.-C. un nouveau corps de bâtiment fut ajouté au sud de cette parcelle afin de transformer l’édifice primitif en une véritable domus tardo-antique.

L’Université de Liège s’inscrit dans la continuité de ces travaux et contribue entièrement à la publication de ce gisement remarquable. Le premier volume consacré à la stratigraphie de cette parcelle sera achevé d’ici la fin de l’année 2020. Quatre autres sont en cours l’élaboration, dont celui consacré à l’instrumentum. Pour mener à bien cette entreprise, la période des fouilles n’a pas été prolongé après 2010 et l’essentiel des efforts produits par l’équipe liégeoise s’est dès lors concentré sur la mise au point de la documentation et l’étude systématique du mobilier issu de la stratigraphie du site de la Schola del Traiano – mobilier conservé dans les dépôts du site archéologique d’Ostia Antica.

La Mission archéologique de la Schola del Traiano rassemble plusieurs départements de l’Université de Liège, ainsi que l’Unité de Recherche « Art, Archéologie et Patrimoine ». Le groupe de céramologues, dirigé par X. DERU, est sur le point d’achever l’étude de la céramique et du verre issus de ces fouilles, matériel qui alimente les réflexions menées au sein des axes « La céramique antique dans le bassin méditerranéen » et « La vaisselle en verre ». Le Centre Européen d’Archéométrie (D. STRIVAY et C. DEFEYT) participe activement à l’étude des systèmes décoratifs de la Domus dei Bucrani dans le cadre de l’axe de recherche « Les systèmes décoratifs tardo-républicains en Italie centrale ».  Dans cet élan, la collaboration avec le Laboratoire d’Archéologie Moléculaire et Structurale (LAMS) et son directeur Ph. WALTER a été renforcée. Leur participation ne se limite pas aux seuls décors (pavements, enduits peints et reliefs de stuc) de cette maison : leur expertise est mise à contribution pour déterminer la composition des mortiers utilisés pour construire les différentes structures des édifices qui se sont succédé sur la parcelle. Ces recherches prennent part aux axes « Essor et déclin des maisons à atrium. L’habitat des élites à Ostie du Ier s. av. J.-C. au IIIe. s. ap. J.-C. », qui associe également l’expérience du Département de Géomatique (Prof. R. BILLEN) dont les membres maîtrisent les outils de mesure et de modélisation les plus modernes.

Enfin, la campagne TRA18 fut l’occasion de réaliser – au sud-est de la Schola del Traiano – des prospections dites « Ground-Penetrating Radar » sous l’autorité du Prof. VERMEULEN de l’Université de Gand.

ÉQUIPE ACTUELLE

Thomas MORARD et Jean-Marc MORET, Xavier DERU et Armand DESBAT, David STRIVAY et Catherine DEFEYT, Rolland BILLEN / Sébastien AUBRY, Christophe BOCHERENS,  Simon DIENST, Géraldine FRÈRE, Thibault GIRARD, Élodie HERENS, Grégory MAINET, Lucie MOTTA, Magali SOURIS et  Charles WASTIAU