Doctorats en cours
Présentation des projets
Jan Swart van Groningen
Doctorant : Gaylen Vankan
Directrice de thèse : Dominique Allart
Mandat d’aspirant F.R.S.-FNRS (2018-2022)
Détails
Circulation et usages de l’image dans les Pays-Bas au XVIe siècle. Le rôle de Jan Swart van Groningen

À la tête d’un atelier florissant à Anvers au début du XVIe siècle, Jan Swart van Groningen s’est illustré dans des domaines aussi variés que la peinture, le dessin, la gravure, le vitrail et peut-être aussi la sculpture. Les différentes facettes de son activité révèlent un prodigieux artiste-inventor, c’est-à-dire un concepteur de compositions et de formules iconiques marquantes, passibles d’usages multiples. Ses créations témoignent de son étonnante aptitude à assimiler des modèles divers et à les réélaborer de manière originale et percutante. Essaimant largement sous la forme de dessins et de gravures, elles furent à leur tour exploitées par d’autres artistes et artisans, non sans parfois être considérablement retravaillées et réinterprétées. À travers le prisme de l’œuvre de Jan Swart, c’est donc une dimension hautement interactive de la création artistique de la Renaissance qui se dévoile, fondée sur l’imitation et l’émulation.

Aussi étonnant que cela puisse paraître, Jan Swart n’a jusqu’ici fait l’objet d’aucune étude approfondie. Sa biographie sera retracée et un catalogue exhaustif et raisonné de son œuvre sera constitué. Mais bien au-delà de l’approche monographique, mon étude aura pour ambition de préciser la place centrale qu’occupa la production graphique du maître au sein d’un vaste réseau de circulation des images aux Pays-Bas, avec des échos repérables jusqu’au début du XVIIe siècle, notamment dans les arts verriers. À travers le cas emblématique de Jan Swart van Groningen, c’est l’apport des arts graphiques à la création artistique et, partant, à la culture visuelle de la Renaissance, qui sera donc réévalué. À cette fin seront mobilisés des outils conceptuels comme les notions de transferts et d’intericonicité, jusqu’ici peu appliqués à l’art ancien des Pays-Bas.

Mobiliser par le pamphlet
Doctorant : Alexandre Goderniaux
Directrice de thèse : Annick Delfosse
Mandat d’assistant (2018-)

Détails
Mobiliser par le pamphlet : des pratiques et des hommes. La polémique catholique entre France et Pays-Bas (1585-1648)

Les pamphlets produits par les catholiques en France et dans les Pays-Bas habsbourgeois entre 1585 et 1648 ont bénéficié de l’intérêt de très peu d’historiens. Ces sources sont pourtant nombreuses et possèdent un très haut potentiel herméneutique : la trame documentaire qu’ils forment constitue en effet la trace la plus authentique des pratiques discursives et de l’instrumentalisation de l’écrit auxquelles les catholiques eurent recours dans le contexte troublé des guerres de Religion et de Quatre-Vingts-Ans. Afin d’éclairer d’un regard neuf cette culture politique propre à la société de la première Modernité, cette thèse propose d’analyser la production de quatre dossiers de textes bien identifiés selon le modèle de l’étude de cas et par un va-et-vient permanent entre deux approches. Une analyse interne, puisant notamment ses outils dans la littérature et la théorie de l’argumentation, cherchera tout d’abord les traces de la pratique discursive au sein des textes eux-mêmes, identifiant les récurrences et les exceptions dans la construction du discours, l’argumentation, etc. Une approche externe, fondée sur un corpus secondaire, ambitionnera quant à elle d’expliquer ces traces d’instrumentalisation de l’écrit par la mise au jour de réseaux d’auteurs, de commanditaires et d’imprimeurs, aux niveaux local, national et transrégional. Il s’agira notamment de comprendre la manière dont un groupe s’est constitué afin de produire des sources avec des objectifs et des ressources bien identifiés, d’interroger les points communs et les différences du statut et du rapport au pouvoir des polémistes en France et aux Pays-Bas.

Madrigal italien
Doctorant : Frédéric Degroote
Directrices de thèse : Émilie Corswarem et Anne-Emmanuelle Ceulemans
Institution partenaire : Université catholique de Louvain
Bourse FRESH (2017-2021)

Détails
Spécificités et caractères cultivés dans le madrigal italien des anciens Pays-Bas méridionaux (1581-1603)

Cette recherche vise à étudier le répertoire du madrigal italien publié à Anvers par des compositeurs des anciens Pays-Bas méridionaux entre 1581 et 1603, à l’heure où le genre se voit consacrer des anthologies et des recueils consommés et produits en nombre. En dépit de cet important corpus produit au Nord, la majorité des travaux se sont jusqu’ici essentiellement focalisés sur la production madrigalesque italienne. Il s’agit dès lors dans ce projet de s’interroger sur l’existence et les éventuelles caractéristiques d’un madrigal spécifique aux anciens Pays-Bas. L’objectif est d’une part de mieux cerner l’appropriation par les compositeurs issus de ces régions d’un répertoire polyphonique profane éminemment italien où texte et musique entrent en résonance et d’autre part de mettre à jour un riche patrimoine « belge » à ce jour encore peu connu tant des musicologues que des musiciens. L’étude de plusieurs recueils figurent au centre de cette étude : ceux de Séverin Cornet (1581), de René del Mel (1588), de Jean de Turnhout (1589), de Jean Desquesnes (1594) et de Cornelis Verdonck (1603). Cette recherche, à la dimension à la fois éditoriale, analytique et archivistique, tentera ainsi de mieux comprendre comment ces compositeurs ont manipulé un langage musical qu’ils n’ont souvent connu qu’indirectement — la plupart n’étant pas passés par l’Italie — mais qui constituait l’un des éléments du paysage sonore où évoluait la population anversoise d’alors.

Dataires apostoliques de Léon X
Doctorante : Eva Trizzullo
Directrice de thèse : Dominique Allart
Bourse du F.R.S.-FNRS (2017-2021)

Détails
Des hommes de l’ombre omnipotents sur la scène artistique : les dataires apostoliques de Léon X, et leur impact sur la Haute Renaissance romaine

Cette thèse a pour ambition de révéler le rôle des dataires apostoliques de Léon X (1513-1521) dans les dynamiques artistiques de leur temps, à la fois comme auxiliaires du pape chargés de mettre en œuvre sa politique culturelle et artistique, mais également comme commanditaires pour leur propre compte. Les prélats toscans Lorenzo Pucci, Silvio Passerini, Latino Benassai et Baldassarre Turini partageaient de nombreux points communs, et notamment leur dévouement aux Médicis, qui leur valut d’obtenir ce poste très convoité de dataire. En cette qualité, ils furent en contact avec les plus grands artistes du temps – Léonard de Vinci, Raphaël, Giulio Romano, Baccio Bandinelli, Le Parmesan… – et supervisèrent des commandes aussi importantes que la décoration des Stanze du Vatican ou la réalisation des mausolées des papes de la famille Médicis à Santa Maria sopra Minerva. Ces hommes de l’ombre chargés de la gestion d’une partie des ressources financières de la curie romaine avaient l’avantage d’être « sur le terrain », en contact direct avec les architectes, peintres et sculpteurs sollicités. Ils surent profiter des pouvoirs que leur conférait leur fonction pour employer les meilleurs artistes à leur propre service, devenant ainsi eux-mêmes des mécènes prestigieux, dotés d’une autorité considérable. Ce faisant, ils contribuèrent significativement à la prééminence toscane qui caractérisa la vie culturelle romaine sous les papes médicéens. Presque complètement ignoré par la critique, le rôle crucial de ces hommes de l’ombre dans les productions artistiques les plus remarquables de la Renaissance romaine demande à être précisé. L’abondante documentation archivistique disponible pour ce faire est restée largement inexploitée. Cette thèse, associant l’étude des monuments et des œuvres à celle des sources écrites, permettra de jeter un éclairage tout à fait inédit sur l’une des phases les plus brillantes de l’histoire de l’art occidental.

Sandro Botticelli et la marqueterie
Doctorante : Lucia Aquino
Directrice de thèse : Dominique Allart
Université de Liège, Bourse non-FRIA (2016-2020)

Détails
Sandro Botticelli et la marqueterie au temps de Laurent le Magnifique. Des arts mineurs aux arts majeurs et retour

Les peintures de Sandro Botticelli (1445-1510) sont de véritables icônes de l’art italien de la Renaissance. En revanche, les modèles que le célèbre artiste a fournis pour d’importants chantiers de marqueterie et sa collaboration avec des menuisiers de renom comme Giuliano da Maiano, par exemple, restent des facettes peu connues de son activité. La présente étude vise à les mettre en lumière. Il s’agira par là même de réévaluer le mode de fonctionnement des grands ateliers du Quattrocento, sur la base de documents d’archives jusqu’ici inédits, ce qui conduira aussi à reconsidérer la question des rapports entre « arts majeurs » et « arts mineurs » à la Renaissance. Il apparaît en effet ces derniers ont joué un rôle non négligeable dans l’élaboration du canon artistique moderne européen.

Philippe le Hardi et la diplomatie
Doctorant : Sébastien Damoiseaux
Directeur de thèse : Alain Marchandisse
Université de Liège, Bourse non-FRIA (2016–2020)

Détails
Vecteurs et rouages de la diplomatie du duc de Bourgogne Philippe le Hardi (1363-1404)

Ce projet de doctorat participe du regain d’intérêt actuel pour l’histoire des pratiques diplomatiques des XIVe-XVe siècles. Il entend éclairer les vecteurs et les rouages de la diplomatie d’un grand prince de la seconde moitié du XIVe siècle, le duc de Bourgogne Philippe le Hardi (1363-1404). Fils, frère et oncle de rois de France, premier duc de Bourgogne de la maison de Valois (1363), doyen des pairs du royaume, il exerça une grande influence sur le gouvernement de la France. Cette domination, il l’établit non seulement grâce à ses qualités de stratège politique, mais aussi en maniant avec talent l’art de la négociation. Cependant, sur l’échiquier politique de son temps, la position de Philippe est ambiguë. Prince des lys et soutien indéfectible de la Couronne de France, il est aussi duc de Bourgogne, puis dirigeant des domaines qu’il tient de son épouse. Rassemblées sous la seule couronne ducale, ces terres conservent leurs particularismes. L’on peut se demander si, dans son action diplomatique, Philippe a agi comme principal étai du gouvernement royal français ou comme un grand féodal plus soucieux de ses intérêts et de ceux de ses États. En d’autres termes, le duc développa-t-il une diplomatie franco-bourguignonne ou choisit-il de dissocier, en cette matière, les intérêts de la France et les siens propres ?

Édition et étude de Gerard du Frattre
Doctorante : Adélaïde Lambert
Directrice de thèse : Nadine Henrard
Université de Liège, Bourse non-FRIA (2016-2020)

Détails
Édition critique et étude de Gerard du Frattre, compilation épique du XVIe siècle (Paris, BnF, fr. 12791)

Depuis une quinzaine d’années, les mises en prose de textes médiévaux bénéficient d’un regain d’intérêt qui a finalement donné naissance à un courant critique. Alors que, jusqu’à une époque très récente, c’est autour des réfections du XVe siècle que se sont polarisées les recherches, les réécritures plus tardives semblent enfin retenir l’attention, et c’est au cœur de cette nouvelle orientation que s’inscrit notre recherche doctorale. Notre travail porte sur Gerard du Frattre, une fresque épique encore inédite, contenue dans un manuscrit copié en 1525 par le bourgeois parisien Jacques Le Gros. Cette œuvre est le fruit de l’assemblage de trois remaniements en prose issus de chansons de geste du XIIe siècle : d’abord, Fierabras, puis la Chanson d’Aspremont et, enfin, le Voyage de Charlemagne à Jérusalem. Le premier objectif de la thèse consiste à fournir une édition intégrale de Gerard du Frattre d’après le manuscrit unique Paris, BnF, fr. 12791 qui le conserve (228 folios), accompagnée de ses compléments critiques. Notre deuxième objectif vise, quant à lui, à éclairer la tradition textuelle de cette compilation, ainsi qu’à étudier la manière dont elle actualise l’écriture et le contenu de l’épopée. Il s’agit également de saisir ses rapports – de continuité et de rupture – avec les best-sellers épiques imprimés à Paris, dans la première moitié du XVIe siècle.

Transfictionnalité et intercyclité arthuriennes
Doctorante : Véronique Winand
Directeurs de thèse : Anne Schoysman et Nicola Morato
Institution partenaire : Università degli Studi di Siena
Bourse de la Fondazione Ezio Franceschini, Dottorato regionale Pegaso (2016-2019)

Détails
À la croisée des cycles. Dynamiques d’intercyclicité et de transfictionnalité dans les sommes arthuriennes tardives

Ce projet a pour objectif d’étudier la formation et l’histoire rédactionnelle d’une vingtaine de compilations de thématique arthurienne ayant circulé en Europe du nord au cours du Moyen Âge tardif.

Notaire et régulation sociale
Doctorante : Aurore Drécourt
Directeurs de thèse : Annick Delfosse et Xavier Rousseaux
Institution partenaire : Université catholique de Louvain
Bourse du F.R.S.-FNRS (2014-2018)

Détails
Le notaire dans la régulation sociale des conflits violents dans la Principauté de Liège aux XVIIe et XVIIIe siècles

L’étude des conflits violents, tout comme ceux résultant de la seule violence verbale, révèle des mécanismes de sociabilité à l’origine de liens ou de ruptures entre les individus d’un groupe donné. Elle permet de mieux comprendre les logiques inhérentes aux solutions trouvées par les uns et les autres pour effacer l’affront qui a été fait. En effet, la société d’Ancien Régime est caractérisée par la pluralité des formes de régulation des conflits et le recours à des solutions alternatives à la portée en justice pour obtenir la réparation du tort subi. Les individus offensés peuvent ainsi choisir de se venger eux-mêmes, peuvent décider de recourir à la justice ou d’opter pour une procédure de type « infrajudiciaire », en se déplaçant par exemple devant le notaire, acteur privilégié dans cette étude. Cette possibilité n’a que trop peu fait l’attention des historiens alors que les archives notariales recèlent une mine incroyable d’informations relatives aux conflits agitant le quotidien des populations. En résumé, cette étude permettra d’appréhender les stratégies des individus dans la résolution des conflits et d’interroger à nouveau frais la place de l’infrajudiciaire dans la vie quotidienne d’autrefois.

Diplomatie du Saint-Siège et paix de Westphalie
Doctorant : Julien Régibeau
Directrice de thèse : Annick Delfosse
Mandat d’assistant (2018-)
Bourse du F.R.S.-FNRS (2013–2017)

Détails
Le rôle politique et diplomatique joué par les nonciatures permanentes du Saint-Siège lors des congrès de paix de Westphalie (1644-1651)

La signature des traités de Westphalie, qui mettent fin à la guerre de Trente Ans, a longtemps été considérée comme une défaite claire de la diplomatie du Saint-Siège, conduisant à l’effondrement de la christianitas médiévale et à la naissance de l’Europe des États modernes. L’historiographie récente a cependant remis en question la justesse de cette interprétation, montrant que le rôle diplomatique joué par le Saint-Siège lors des négociations est plus complexe.
Mes recherches s’insèrent dans ce renouveau puisqu’elles visent à étudier politiquement, diplomatiquement et socialement le rôle des nonces ordinaires de la papauté lors des négociations de paix qui, entre 1644 et 1651, entrainent la signature des traités et leur condamnation formelle par le pape Innocent X (bref Zelo Domus Dei de 1651). Pour ce faire, j’analyse la correspondance des nonciatures établies dans les cours des principaux souverains catholiques qui prennent part au conflit : celles de Madrid, Paris, Bruxelles, Cologne et Vienne.
À travers l’étude des différents nonces, de leur action diplomatique et des réseaux qu’ils établissent entre eux et avec les principaux acteurs des États où ils résident, mon but est de dégager le poids de l’influence de la diplomatie permanente de la papauté sur la conduite adoptée par le Saint-Siège aux congrès de Westphalie et sur l’évolution des négociations en général. Cette recherche permettrait d’éclairer d’un jour nouveau la politique de Rome lors des tractations de paix.

Hercule
Doctorante : Anne-Sophie Laruelle
Directrice de thèse : Dominique Allart
Mandat d’assistante (2012-2018)

Détails
Hercule dans l’art de la tapisserie à la Renaissance (ca 1450-1565)

Les exploits d’Hercule, l’un des thèmes littéraires et artistiques les plus appréciés à la Renaissance, connut une faveur toute particulière dans le domaine de la tapisserie, genre artistique majeur à l’époque. Des tapisseries de grande qualité ont été réalisées sur ce thème dans les meilleurs ateliers de tissage des anciens Pays-Bas. Cette fortune du thème en tapisserie invite à s’interroger sur le sens particulier que lui donnaient les princes, destinataires privilégiés de ces tentures. Il ne fait pas de doute que, plus que tout autre héros, Hercule leur servait de modèle en ce qu’il incarnait la Virtus heroica, à savoir la « vertu active » constituée de courage, d’actes intrépides et d’érudition. Nous approfondirons la question dans notre recherche doctorale en nous focalisant sur la période comprise entre le milieu du XVe siècle et les années 1560. Outre la quantité exceptionnelle des pièces conservées, la multitude des mentions dans les inventaires et descriptions anciennes confirment l’importance de la thématique herculéenne à l’époque et laissent entrevoir la complexité de son iconographie.