Doctorats et post-doctorats

Doctorats en cours | Post-doctorats en cours | Doctorats achevés | Post-doctorats achevés
Doctorats en cours

La dialettica tra stile basso e decus umanista nell’epistolografia rinascimentale
Facezie, arguzie e dettagli realistici : la dialettica tra stile basso e decus umanista nelle rappresentazioni e nella autorappresentazioni dell’artista nell’Italia quattro- e primocinquecentesca

Doctorant : Cristiano Amendola
Directrice de thèse : Paola Moreno

ARC EpistolART (10/01/2014 – 09/01/2018)

L’étude entend explorer, d’un point de vue rhétorique, la nature du discours sur artistes du XVe et du XVIe siècle, en identifiant les fonctions spécifiques que les détails réalistes et les topoï rorouent dans la construction de l’image de l’artiste. Outre les textes programmatiques et officiels (biographies, traités, nouvelle), les correspondances seront à la base de cette analyse discursive. En effet, les lettres nous montrent de manière particulièrement claire le niveau culturel dont les artistes sont porteurs. Sont-ils, comme eux-mêmes et leurs biographes les prétendent, redevables de la tradition humaniste, empreinte de culture latine, ou bien leurs références langagières et narratives sont-elles plutôt à renvoyer à la tradition littéraire « mezzana », dont Boccace et Sacchetti sont les représentants les plus connus ? L’analyse des aspects rhétoriques de la correspondance (notamment, celle qui est refletée dans l’édition du Carteggio indito d’artisti de J. W. Gaye, Florence, 1838-1840) sera jointe à un recensement précis des sources littéraires auxquelles puisent les représentations d’artistes, dans le but de vérifier comment le goût pour la narration nouvellistique et pour l’anecdotique, la présence d’éléments parodiques et burlesques rejoignent les données historiques et littéraires présentes dans la biographie idéale de l’artiste, via la production épistolaire.

Projet de recherche-cadre : ARC EpistolART

Sandro Botticelli et la marqueterie
Sandro Botticelli et la marqueterie au temps de Laurent le Magnifique. Des arts mineurs aux arts majeurs et retour

Doctorante : Lucia Aquino
Directrice de thèse : Dominique Allart

Université de Liège, Bourse non-FRIA (2016-2020)

Les peintures de Sandro Botticelli (1445-1510) sont de véritables icônes de l’art italien de la Renaissance. En revanche, les modèles que le célèbre artiste a fournis pour d’importants chantiers de marqueterie et sa collaboration avec des menuisiers de renom comme Giuliano da Maiano, par exemple, restent des facettes peu connues de son activité. La présente étude vise à les mettre en lumière. Il s’agira par là même de réévaluer le mode de fonctionnement des grands ateliers du Quattrocento, sur la base de documents d’archives jusqu’ici inédits, ce qui conduira aussi à reconsidérer la question des rapports entre « arts majeurs » et « arts mineurs » à la Renaissance. Il apparaît en effet ces derniers ont joué un rôle non négligeable dans l’élaboration du canon artistique moderne européen.

Philippe le Hardi et la diplomatie
Vecteurs et rouages de la diplomatie du duc de Bourgogne Philippe le Hardi (1363-1404)

Doctorant : Sébastien Damoiseaux
Directeur de thèse : Alain Marchandisse

Université de Liège, Bourse non-FRIA (01/2016 – 12/2019)

Ce projet de doctorat participe du regain d’intérêt actuel pour l’histoire des pratiques diplomatiques des XIVe-XVe siècles. Il entend éclairer les vecteurs et les rouages de la diplomatie d’un grand prince de la seconde moitié du XIVe siècle, le duc de Bourgogne Philippe le Hardi (1363-1404). Fils, frère et oncle de rois de France, premier duc de Bourgogne de la maison de Valois (1363), doyen des pairs du royaume, il exerça une grande influence sur le gouvernement de la France. Cette domination, il l’établit non seulement grâce à ses qualités de stratège politique, mais aussi en maniant avec talent l’art de la négociation. Cependant, sur l’échiquier politique de son temps, la position de Philippe est ambiguë. Prince des lys et soutien indéfectible de la Couronne de France, il est aussi duc de Bourgogne, puis dirigeant des domaines qu’il tient de son épouse. Rassemblées sous la seule couronne ducale, ces terres conservent leurs particularismes. L’on peut se demander si, dans son action diplomatique, Philippe a agi comme principal étai du gouvernement royal français ou comme un grand féodal plus soucieux de ses intérêts et de ceux de ses États. En d’autres termes, le duc développa-t-il une diplomatie franco-bourguignonne ou choisit-il de dissocier, en cette matière, les intérêts de la France et les siens propres ?

Madrigal italien
Spécificités et caractères cultivés dans le madrigal italien des anciens Pays-Bas méridionaux (1581-1603)

Doctorant : Frédéric Degroote
Directrices de thèse : Émilie Corswarem et Anne-Emmanuelle Ceulemans

Bourse FRESH (2017-2021)

Cette recherche vise à étudier le répertoire du madrigal italien publié à Anvers par des compositeurs des anciens Pays-Bas méridionaux entre 1581 et 1603, à l’heure où le genre se voit consacrer des anthologies et des recueils consommés et produits en nombre. En dépit de cet important corpus produit au Nord, la majorité des travaux se sont jusqu’ici essentiellement focalisés sur la production madrigalesque italienne. Il s’agit dès lors dans ce projet de s’interroger sur l’existence et les éventuelles caractéristiques d’un madrigal spécifique aux anciens Pays-Bas. L’objectif est d’une part de mieux cerner l’appropriation par les compositeurs issus de ces régions d’un répertoire polyphonique profane éminemment italien où texte et musique entrent en résonance et d’autre part de mettre à jour un riche patrimoine « belge » à ce jour encore peu connu tant des musicologues que des musiciens. L’étude de plusieurs recueils figurent au centre de cette étude : ceux de Séverin Cornet (1581), de René del Mel (1588), de Jean de Turnhout (1589), de Jean Desquesnes (1594) et de Cornelis Verdonck (1603). Cette recherche, à la dimension à la fois éditoriale, analytique et archivistique, tentera ainsi de mieux comprendre comment ces compositeurs ont manipulé un langage musical qu’ils n’ont souvent connu qu’indirectement — la plupart n’étant pas passés par l’Italie — mais qui constituait l’un des éléments du paysage sonore où évoluait la population anversoise d’alors.

Institutions partenaires : Université catholique de Louvain

Notaire et régulation sociale
Le notaire dans la régulation sociale des conflits violents dans la Principauté de Liège aux XVIIe et XVIIIe siècles

Doctorante : Aurore Drécourt
Directrice de thèse : Annick Delfosse et Xavier Rousseaux (UCL)

F.R.S.-FNRS (2014-2018)

L’étude des conflits violents, tout comme ceux résultant de la seule violence verbale, révèle des mécanismes de sociabilité à l’origine de liens ou de ruptures entre les individus d’un groupe donné. Elle permet de mieux comprendre les logiques inhérentes aux solutions trouvées par les uns et les autres pour effacer l’affront qui a été fait. En effet, la société d’Ancien Régime est caractérisée par la pluralité des formes de régulation des conflits et le recours à des solutions alternatives à la portée en justice pour obtenir la réparation du tort subi. Les individus offensés peuvent ainsi choisir de se venger eux-mêmes, peuvent décider de recourir à la justice ou d’opter pour une procédure de type « infrajudiciaire », en se déplaçant par exemple devant le notaire, acteur privilégié dans cette étude. Cette possibilité n’a que trop peu fait l’attention des historiens alors que les archives notariales recèlent une mine incroyable d’informations relatives aux conflits agitant le quotidien des populations. En résumé, cette étude permettra d’appréhender les stratégies des individus dans la résolution des conflits et d’interroger à nouveau frais la place de l’infrajudiciaire dans la vie quotidienne d’autrefois.

Institutions partenaires : Université catholique de Louvain

L’architecture religieuse du diocèse de Liège 1450-1600
L’architecture religieuse dans l’ancien diocèse de Liège de 1450 à 1600. Bâtir et conserver le bâti à la fin du Moyen Âge et au début des Temps modernes

Doctorant : Emmanuel Joly
Directeur de thèse : Benoît Van den Bossche

bourse non-FRIA (01/10/2012 – 30/09/2016)

L’histoire de l’architecture des XVe et XVIe siècles a récemment connu des développements majeurs : l’opposition entre « gothique » et « Renaissance » tend à être nuancée, les catégories stylistiques sont réévaluées voire dépassées, et l’étude des processus de construction connaissent un véritable regain d’intérêt. Cependant, force est de constater qu’il manque, pour l’architecture religieuse de la fin du Moyen Âge et du début des Temps modernes dans l’ancien diocèse de Liège, une enquête sur l’histoire des chantiers qui permettrait ensuite d’investiguer sous un jour nouveau les questions formelles et stylistiques. Cette thèse a pour ambition de combler cette lacune historiographique, en étudiant les chantiers de construction mais aussi de restauration partielle ou complète de monuments. Par une lecture attentive des archives, aujourd’hui encore largement inexploitées dans cette perspective, et leur mise en relation avec l’étude du bâti, des vestiges archéologiques et de l’iconographie ancienne, il s’agit de documenter historiquement les chantiers et en analyser les aspects humains, matériels et techniques, pour ensuite étudier les conséquences stylistiques et formelles de ces aspects. Cette double analyse autorise à mieux appréhender les acteurs de la construction ainsi que le choix et le transfert de formes, de motifs, de matériaux et de procédés techniques dans les édifices étudiés. Enfin, cette perspective ouvre la voie à des réflexions nouvelles sur des aspects généralement négligés de l’histoire de l’architecture, à savoir la place et la signification de la restauration et du maintien de la Bausubstanz ancienne aux XVe et XVIe siècles.

Iconographie des ivoires gothiques profanes.
Les ivoires gothiques à caractère profane  : iconographie et sources littéraires.

Doctorante : Lylan Lam
Directeur de thèse : Benoît Van den Bossche

Aux XIIIe et XIVe siècles, l’ivoirerie médiévale connaît un essor remarquable. Par rapport aux périodes antérieures, l’abondante production gothique se caractérise par une grande diversification de types d’objets en ivoire (statuettes en ronde-bosse, figures d’applique, diptyques, triptyques, polyptyques et tabernacles). En outre, les décennies voisines de 1300 sont marquées par l’extraordinaire développement de l’ivoirerie profane. Les ateliers, majoritairement français, produisent en effet de nombreux coffrets, valves de miroir, peignes, gravoirs et tablettes à écrire généralement ornés de scènes courtoises ou inspirées de célèbres poèmes, tels la légende de Tristan et Iseut, le Conte du Graal de Chrétien de Troyes ou l’histoire de la châtelaine de Vergy. Cette thèse de doctorat se propose d’étudier cette singulière production et de recenser le plus grand nombre d’exemplaires au sein de son catalogue. L’analyse de ces œuvres rend essentielle la consultation de traités d’amour courtois, de poèmes allégoriques, de romans arthuriens et de pièces poétiques plus courtes afin de mieux comprendre leur contexte de création et leur iconographie. Par ailleurs, l’examen conjoint des ivoires profanes et religieux témoigne, dans plusieurs cas, d’affinités stylistiques et soulève la délicate question des ateliers de production, pour laquelle cette étude soumettra également quelques hypothèses.

Édition et étude de Gerard du Frattre
Édition critique et étude de Gerard du Frattre, compilation épique du XVIe siècle (Paris, BnF, fr. 12791)

Doctorante : Adélaïde Lambert
Directrice de thèse : Nadine Henrard

Bourse Non Fria (01/2016 – 12/2019)

Depuis une quinzaine d’années, les mises en prose de textes médiévaux bénéficient d’un regain d’intérêt qui a finalement donné naissance à un courant critique. Alors que, jusqu’à une époque très récente, c’est autour des réfections du XVe siècle que se sont polarisées les recherches, les réécritures plus tardives semblent enfin retenir l’attention, et c’est au cœur de cette nouvelle orientation que s’inscrit notre recherche doctorale. Notre travail porte sur Gerard du Frattre, une fresque épique encore inédite, contenue dans un manuscrit copié en 1525 par le bourgeois parisien Jacques Le Gros. Cette œuvre est le fruit de l’assemblage de trois remaniements en prose issus de chansons de geste du XIIe siècle : d’abord, Fierabras, puis la Chanson d’Aspremont et, enfin, le Voyage de Charlemagne à Jérusalem. Le premier objectif de la thèse consiste à fournir une édition intégrale de Gerard du Frattre d’après le manuscrit unique Paris, BnF, fr. 12791 qui le conserve (228 folios), accompagnée de ses compléments critiques. Notre deuxième objectif vise, quant à lui, à éclairer la tradition textuelle de cette compilation, ainsi qu’à étudier la manière dont elle actualise l’écriture et le contenu de l’épopée. Il s’agit également de saisir ses rapports – de continuité et de rupture – avec les best-sellers épiques imprimés à Paris, dans la première moitié du XVIe siècle.

Hercule
Hercule dans l’art de la tapisserie à la Renaissance (ca 1450-1565)

Doctorante : Anne-Sophie Laruelle
Directrice de thèse : Dominique Allart

Université de Liège (2012-2018)

Les exploits d’Hercule, l’un des thèmes littéraires et artistiques les plus appréciés à la Renaissance, connut une faveur toute particulière dans le domaine de la tapisserie, genre artistique majeur à l’époque. Des tapisseries de grande qualité ont été réalisées sur ce thème dans les meilleurs ateliers de tissage des anciens Pays-Bas. Cette fortune du thème en tapisserie invite à s’interroger sur le sens particulier que lui donnaient les princes, destinataires privilégiés de ces tentures. Il ne fait pas de doute que, plus que tout autre héros, Hercule leur servait de modèle en ce qu’il incarnait la Virtus heroica, à savoir la « vertu active » constituée de courage, d’actes intrépides et d’érudition. Nous approfondirons la question dans notre recherche doctorale en nous focalisant sur la période comprise entre le milieu du XVe siècle et les années 1560. Outre la quantité exceptionnelle des pièces conservées, la multitude des mentions dans les inventaires et descriptions anciennes confirment l’importance de la thématique herculéenne à l’époque et laissent entrevoir la complexité de son iconographie.

 

Diplomatie du Saint-Siège et paix de Westphalie
Le rôle politique et diplomatique joué par les nonciatures permanentes du Saint-Siège lors des congrès de paix de Westphalie (1644-1651)

Doctorant : Julien Régibeau
Directrice de thèse : Annick Delfosse

F.R.S.-FNRS (1/10/2013 – 30/09/2017)

La signature des traités de Westphalie, qui mettent fin à la guerre de Trente Ans, a longtemps été considérée comme une défaite claire de la diplomatie du Saint-Siège, conduisant à l’effondrement de la christianitas médiévale et à la naissance de l’Europe des États modernes. L’historiographie récente a cependant remis en question la justesse de cette interprétation, montrant que le rôle diplomatique joué par le Saint-Siège lors des négociations est plus complexe.
Mes recherches s’insèrent dans ce renouveau puisqu’elles visent à étudier politiquement, diplomatiquement et socialement le rôle des nonces ordinaires de la papauté lors des négociations de paix qui, entre 1644 et 1651, entrainent la signature des traités et leur condamnation formelle par le pape Innocent X (bref Zelo Domus Dei de 1651). Pour ce faire, j’analyse la correspondance des nonciatures établies dans les cours des principaux souverains catholiques qui prennent part au conflit  : celles de Madrid, Paris, Bruxelles, Cologne et Vienne.
À travers l’étude des différents nonces, de leur action diplomatique et des réseaux qu’ils établissent entre eux et avec les principaux acteurs des États où ils résident, mon but est de dégager le poids de l’influence de la diplomatie permanente de la papauté sur la conduite adoptée par le Saint-Siège aux congrès de Westphalie et sur l’évolution des négociations en général. Cette recherche permettrait d’éclairer d’un jour nouveau la politique de Rome lors des tractations de paix.

Relations Florence – Sultanat Mamelouk
Florence et le Sultanat Mamelouk  : relations diplomatiques et commerciales (XIVe-début du XVIe s.)

Doctorant : Alessandro Rizzo
Directeurs de thèse : Frédéric Bauden et Mohamed Ouerfelli

ASP FNRS (10/2013 – 10/2017)

Ce projet vise à étudier les relations diplomatiques et commerciales établies entre Florence et le sultanat mamlouk (Egypte-Syrie), à partir de la seconde moitié du XIVe s. et, plus particulièrement, au XVe s., époque où les contacts entre les deux puissances s’intensifièrent et où les échanges économiques avec l’Egypte et la Syrie revêtirent pour les deux puissances un caractère essentiel. En effet, même si les ports et les villes côtières du sultanat mamlouk furent fréquentées par des marchands florentins depuis le 14e s., ce ne fut qu’à partir de 1420 que Florence parvint à s’assurer un accès direct à la mer et à posséder ses propres navires. Ce développement conduisit à un changement dans la nature et la fréquence des relations diplomatiques et commerciales entre les deux puissances. Désormais, Florence pouvait prétendre jouer un rôle d’interlocuteur direct avec les sultans et protéger les principaux acteurs de son commerce : les marchands. Le principal objet de cette recherche est d’étudier la nature des échanges commerciaux en essayant de définir le rôle qu’ils jouèrent dans l’économie florentine et mamelouke, ainsi que les missions diplomatiques entre les deux puissances qui ont rendu ces échanges possibles.
Mon étude envisagera les deux aspects (diplomatique et commercial), car ils sont intimement liés. Plusieurs catégories de documents seront prises en compte : documents originaux en arabe, italien et latin conservés aux Archives de l’Etat à Florence ; rapports diplomatiques et relations de voyage rédigés par les ambassadeurs florentins ; témoignages de notaires vénitiens en activité à Alexandrie.

Institutions partenaires : Université d’Aix-Marseille (cotutelle)

Dataires apostoliques de Léon X
Des hommes de l’ombre omnipotents sur la scène artistique : les dataires apostoliques de Léon X, et leur impact sur la Haute Renaissance romaine.

Doctorant : Eva Trizzullo
Directrice de thèse : Dominique Allart

F.R.S.-FNRS (1/10/2017-30/09/2021)

Cette thèse a pour ambition de révéler le rôle des dataires apostoliques de Léon X (1513-1521) dans les dynamiques artistiques de leur temps, à la fois comme auxiliaires du pape chargés de mettre en œuvre sa politique culturelle et artistique, mais également comme commanditaires pour leur propre compte. Les prélats toscans Lorenzo Pucci, Silvio Passerini, Latino Benassai et Baldassarre Turini partageaient de nombreux points communs, et notamment leur dévouement aux Médicis, qui leur valut d’obtenir ce poste très convoité de dataire. En cette qualité, ils furent en contact avec les plus grands artistes du temps – Léonard de Vinci, Raphaël, Giulio Romano, Baccio Bandinelli, Le Parmesan… – et supervisèrent des commandes aussi importantes que la décoration des Stanze du Vatican ou la réalisation des mausolées des papes de la famille Médicis à Santa Maria sopra Minerva. Ces hommes de l’ombre chargés de la gestion d’une partie des ressources financières de la curie romaine avaient l’avantage d’être « sur le terrain », en contact direct avec les architectes, peintres et sculpteurs sollicités. Ils surent profiter des pouvoirs que leur conférait leur fonction pour employer les meilleurs artistes à leur propre service, devenant ainsi eux-mêmes des mécènes prestigieux, dotés d’une autorité considérable. Ce faisant, ils contribuèrent significativement à la prééminence toscane qui caractérisa la vie culturelle romaine sous les papes médicéens. Presque complètement ignoré par la critique, le rôle crucial de ces hommes de l’ombre dans les productions artistiques les plus remarquables de la Renaissance romaine demande à être précisé. L’abondante documentation archivistique disponible pour ce faire est restée largement inexploitée. Cette thèse, associant l’étude des monuments et des œuvres à celle des sources écrites, permettra de jeter un éclairage tout à fait inédit sur l’une des phases les plus brillantes de l’histoire de l’art occidental.

À la croisée des cycles
À la croisée des cycles. Dynamiques d’intercyclicité et de transfictionnalité dans les sommes arthuriennes tardives

Doctorante : Véronique Winand
Directeur de thèse : Nicola Morato (Université de Liège), Anne Schoysman (Università di Siena)

Scuola di dottorato in Filologia e Critica, Fondazione Ezio Franceschini (« Borse Pegaso »)

Ce projet a pour objectif d’étudier la formation et l’histoire rédactionnelle d’une vingtaine de compilations de thématique arthurienne ayant circulé en Europe du nord au cours du Moyen Âge tardif

Projet de recherche-cadre : Dottorato regionale « Pegaso »

Post-doctorats en cours

Le lambris de la chapelle de la Bâtie d’Urfé
Le lambris de la chapelle de la Bâtie d’Urfé, à la lumière de la correspondance de son commanditaire, Claude d’Urfé

Post-Doctorante : Mariaelena Bugini
Directrice de recherche : Laure Fagnart

Bourse « Marie Curie » BeIPD – COFUND IPD (1/102016 – 30/09/2018)

Dans le cadre de ce projet – poursuivant ainsi nos travaux sur la marqueterie italienne et française –, nous menons une étude détaillée de l’ensemble de boiseries marquetées qui décoraient autrefois la chapelle de la Bâtie d’Urfé, l’un des châteaux de la Renaissance française où triomphe l’italianisme. Ce lambris constitue la commande la plus renommée de Claude d’Urfé (1501-1558), gouverneur royal, bailli du Forez et ambassadeur pour le compte de François Ier et d’Henri II auprès du Concile de Trente (1546-1549) et du Saint-Siège (1549-1551). Parallèlement, l’occasion nous est donnée de se pencher plus généralement sur la personnalité de Claude d’Urfé, comme sur la chapelle de la Bâtie, dont l’architecture, les vitraux, les stucs et les fresques de la voûte ou l’autel demandent encore à être examinés. En fin de projet, paraîtra un ouvrage collectif sur la chapelle de Claude d’Urfé.

IMAGOPAPAE
IMAGOPAPAE (1308-1378)

Post-Doctorante : Claudia D’Alberto
Directrice de recherche : Benoît Van den Bossche

Université de Liège et Union européenne – Marie-Curie COFUND post-doc (15/10/2016-14/10/2018)

Imagopapae est un projet de recherche visant à étudier la représentation du pouvoir papal au temps de la papauté en Avignon, c’est-à-dire à partir du règne de Clément V (1305-1314), le premier pape à s’être installé dans la ville provençale en 1309, jusqu’à celui de Grégoire XI (1370-1378), dont la mort en 1378 marque le début du Schisme d’Occident. La zone géographique examinée concerne principalement les terres de droit pontifical d’ancienne et de récente acquisitions  : en Italie, Rome et le Patrimonium Petri, en France, Avignon et le Comtat venaissin.
La représentation du pape constitue une question iconographique particulière, qui demande à être appréhendée de façon singulière en raison d’une complexité sémantique déterminée par des implications ecclésiologiques.
La littérature critique a bien cerné que les images papales produites systématiquement par la curie romaine à la fin du XIIIe siècle allaient être des outils de propagande pour transmettre un message très précis  : la référence de la Chrétienté occidentale ne devait plus être Rome, mais la personne sainte du pape.
La question de savoir si le modèle de la maiestas papale avignonnaise a donné lieu à une campagne programmatique d’autoreprésentation, reste, au contraire, encore à élucider et le projet de recherche IMAGOPAPAE essaie de répondre à cette question.
Un atlas iconographique informatisé et la publication des actes d’un colloque international rendront compte de nos recherches.

Institutions partenaires : Società Internazionale per lo Studio del Medioevo Latino ‘SISMEL’, Florence ; Musée du Petit Palais et Palais des Papes, Avignon ; Centre Interuniversitaire d’Histoire et d’Archéologie Médiévales ‘CIHAM’, Lyon-Avignon ; Biblioteca Apostolica Vaticana ; Centre de Recherche en Histoire du Droit et des Institutions de l’Université Saint Louis de Bruxelles ; Università di Roma La Sapienza ; Università degli Studi di Ferrara ; Università degli studi « G  : D’Annunzio » Chieti-Pescara.

Benedetto Varchi et les arts
Benedetto Varchi et les arts  : un corpus de sources méconnues sur les rapports entre peinture, sculpture et poésie à la Renaissance.

Post-Doctorant : Antonio Geremicca
Directrice de recherche : Dominique Allart

F.R.S.-FNRS, (Chargé de recherches, 2016-2019)

Benedetto Varchi (1503-1565), l’un des intellectuels notoires de la Renaissance, est aussi célèbre pour l’intérêt qu’il porta aux arts. Les fameuses Due Lezzioni qu’il prononça à l’Académie de Florence en 1547 ont déterminé la réflexion critique sur l’art au début des Temps Modernes. Varchi y exalte un idéal d’artiste-lettré inspiré de Michel-Ange et ll mène aussi une étude comparative des arts (paragone), en initiant, en outre, la réflexion théorique sur l’Ut pictura poesis à la Renaissance. En invitant des artistes à s’exprimer sur le sujet, à une époque où les hommes de lettres prétendaient monopoliser les débats philosophiques sur l’art, il anticipe virtuellement l’initiative que prendra son ami Vasari de mobiliser les artistes autour d’idéaux communs au sein d’une Accademia del Disegno.
À côte des fameuses Due Lezzioni, Varchi a laissé beaucoup d’autres documents où il traite d’art : sonnets, épigrammes latines, correspondances et un traité théorique. Ces textes sont tantôt dédiés à des artistes, tantôt à leurs œuvres. C’est là une mine encore presque inexploitée, dont l’impact sur les pratiques et les théories artistiques de la Renaissance attend donc d’être mis en lumière.
Cette recherche vise à réévaluer le rôle essentiel joué par Varchi dans l’histoire de l’art du Cinquecento et à étudier ses nombreux rapports avec les artiste de son époque.

Présentation

Dévotion des cardinaux
L’art de la dévotion des cardinaux français et francophiles. Un laboratoire de l’identité à Rome au début du XVIIe siècle

Doctorant : Jorge Morales
Directrice de recherche : Émilie Corswarem

F.R.S.-FNRS, PDR (01/10/2016 – 30/09/2018)

L’étude des cardinaux non romains résidant à Rome au début du XVIIe siècle fait l’objet d’un intérêt renouvelé dans le sillage duquel ce projet s’inscrit. Il se concentre plus particulièrement sur les cardinaux français d’une part et sur les cardinaux du parti français d’autre part, en vue de mieux cerner le rôle qu’ils prennent en tant que participants et initiateurs de fêtes et de cérémonies à Rome, à l’intérieur de leur palais et en dehors de celui-ci.
L’étude de leurs pratiques musicales dévotionnelles permet d’aborder l’une des manifestations de l’identité française à Rome dans ses processus de transformation et d’hybridation au contact du substrat romain.

Institutions partenaires : Université Libre de Bruxelles

Nom du projet collectif dans lequel ce post-doctorat s’inscrit : Music and Identities Constructions : The National Churches (16th-17th Centuries)

Goro Gheri
Goro Gheri, secrétaire au service de l’art

Post-Doctorante : Hélène Miesse
Directrice de recherche : Paola Moreno

ARC EpistolART (2013-2107)

Goro Gheri da Pistoia (ca. 1470-1528) occupe durant sa carrière diverses fonctions diplomatiques et politiques (en tant que nonce, gouverneur, conseiller, secrétaire et «lieutenant» de Laurent de Médicis, duc d’Urbin), mais il joue également un rôle comme intermédiaire artistique. Pour le compte des Médicis, Gheri traite avec des artistes de renom, ce dont témoignent ses lettres. À travers l’étude de celles-ci, le projet vise à saisir le rôle joué par Gheri dans la Florence médicéenne, et à cerner l’articulation des deux versants – moins distincts qu’il n’y parait – de son action, à la fois politique et artistique. Cependant, la correspondance de Gheri est un corpus tout à construire  : si les volumineux copialettere conservés à l’Archivio di Stato de Florence ont déjà retenu l’attention des chercheurs, de nombreuses missives sont encore enfouies dans divers autres fonds d’archives italiens et seul un nombre limité de lettres a été édité. Les lettres de Gheri feront dès lors l’objet d’un recensement ainsi que d’une édition critique privilégiant les années au service du duc d’Urbin. La lecture minutieuse des textes, établis selon des critères philologiques modernes, permettra de retracer précisément la biographie de Goro Gheri et, parallèlement aux études menées au sein de l’Action de Recherche Concertée EpistolART sur d’autres agents de la scène artistique renaissante, de comprendre comment le parcours personnel de Goro Gheri participe de l’évolution de la figure du secrétaire, de ses fonctions, devoirs et pouvoirs.

Projet de recherche-cadre : ARC EpistolART

Couvents féminins en zone frontalière
Bastions de pierres et de prières aux marges de l’Europe catholique : les couvents féminins établis dans les villes de frontière (1597-1677). Répertoire des sources et comparaison des édifices

Post-Doctorante : Julie Piront
Directrice de recherche : Marie-Elisabeth Henneau

FRS-FNRS (Chargée de recherche, 01/10/2016 – 30/09/2019)

Le projet envisage de comparer la topographie de monastères féminins répartis sur la « Dorsale catholique » reliant l’Italie à la mer du Nord. La partie nord de ce territoire (anciens États bourguignons), entre Lille et Beaune, offre un champ d’investigation pertinent, en particulier durant la guerre de Trente Ans (1618-1648), alors que les couvents féminins s’implantent massivement dans les villes, aux frontières du protestantisme. Dans ce contexte, les monastères peuvent être envisagés comme des « bastions » spirituels associés à l’œuvre de la Réforme catholique. Par leur allure de forteresses aux fenêtres grillagées, ils constituent une ligne défense spirituelle face à l’ennemi tout en manifestant la présence missionnaire de religieuses au cœur des villes. Ces deux aspects seront approchés d’une part, par l’analyse de la position des monastères dans le paysage urbain et le rapport des communautés à la société et, d’autre part, par l’étude de la distribution intérieure des espaces et de leur utilisation.
En sélectionnant quatorze villes-clés représentatives de « l’invasion conventuelle » (entre Lille et Beaune en passant par les anciens Pays-Bas, la Lorraine et la Franche-Comté) et quatre congrégations féminines aux profils diversifiés (annonciades célestes, carmélites déchaussées, visitandines et ursulines), soit 46 monastères, le projet abordera l’architecture de ces édifices dans une perspective anthropologique, mobilisant des sources riches et variées (vestiges, plans et iconographie, sources narratives et littérature spirituelle).

Projet de recherche-cadre : LODOCAT

Institutions partenaires : Université de Franche-Comté (Laboratoire des Sciences Historiques), Université de Lorraine (Centre de Recherche Universitaire Lorrain d’Histoire)

Les chansons de croisade
Les chansons de croisades lyriques françaises et occitanes (XIIe-XIIIe s.)  : exhorter ou amender ?

Post-Doctorante : Marjolaine Raguin
Directrice de recherche : Nadine Henrard

Bourse Marie-Curie COFUND (2016-2018)

Ce projet de recherche conduit à l’Université de Liège au sein du Département de recherche Transitions, sous la supervision de Madame le Professeur Nadine Henrard, consiste en l’étude des chansons de croisade françaises et occitanes exhortatives et critiques (XIIe-XIIIe siècles) ; un corpus primaire récemment réédité. Dans ces œuvres littéraires brèves, et bien que leurs auteurs se fassent couramment la voix du discours clérical sur la croisade, on perçoit l’opinion publique du temps. Ces textes transmettent une perception du conflit, des arguments en sa faveur comme des critiques, venant en grande partie de laïcs. Nous menons un travail philologique interdisciplinaire (philologie, analyse du discours, histoire, théologie). Il s’agit d’étudier les arguments de ces textes et de les comparer essentiellement à la littérature sermonnaire et ecclésiastique, dont ils sont à la fois écho et bien distinct. Ce travail fera l’objet d’une monographie, et d’articles de revues complémentaires et nous organiserons un colloque international en février 2018, qui donnera lieu à publication. Cette étude permettra de mieux comprendre les ressorts et leviers idéologiques du discours de croisade  : l’enjeu pour notre monde contemporain est réel alors que nous connaissons un renouveau des phénomènes d’endoctrinement populaire à la guerre sainte.

LARI
Langue des artistes à la Renaissance italienne  : pratiques langagières à la cour de Cosme Ier de Toscane

Post-Doctorant : Gianluca Valenti
Directrice de recherche : Paola Moreno

F.R.S.-FNRS (Chargé de recherches, 01/10/2015 – 30/09/2018)

Gianluca Valenti se propose d’analyser dans le détail la langue employée par les artistes gravitant autour de la cour de Cosme Ier de Toscane. Il s’agit là d’une génération d’artistes dont le rôle culturel fut sans précédent, favorisant par exemple la création de l’Accademia del Disegno, première institution savante consacrée aux arts visuels. Dans leurs stratégies d’auto-promotion, les artistes firent de la langue un outil privilégié de persuasion. Il s’agissait pour eux de faire valoir non seulement leur compétence d’hommes de métier, mais aussi d’intellectuels.
En essayant de combler une lacune dans l’étude historique et sociolinguistique de l’italien du Cinquecento, ce projet se fixe plusieurs objectifs. D’une part, par l’analyse systématique des traits graphiques, phonologiques, morphosyntaxiques et lexicaux des documents épistolaires, Gianluca Valenti compte identifier les usages linguistiques communs (technicismes, formules partagées à l’intérieur d’un réseau culturellement circonscrit, etc.) et individuels (usus scribendi, formes idiolectales, etc.) des auteurs ciblés.
D’autre part, puisqu’il est nécessaire, pour cette étude, de se pencher sur les documents originaux, la recherche conduira à la réédition de plusieurs documents, que les anthologies érudites du XIXe siècle constituant le corpus de base du projet soumettent trop souvent à des modernisations linguistiques, voire parfois à de véritables réécritures.
Enfin, une analyse plus fine sur les écrits ciblés donnera lieu à une réflexion plus générale et théorique, portant sur l’impact qu’un usage avisé de la langue italienne a eu sur la mutation du rôle de l’artiste à la Renaissance et sur sa redéfinition conceptuelle.

Projet de recherche-cadre : ARC EpistolART

La tradition tardive de Guiron le Courtois
La tradition tardive de Guiron le Courtois. Des manuscrits auvergnats et flamands à l’Orlando Furioso

Post-Doctorant : Marco Veneziale
Directeur de recherche : Nicola Morato

BEIPD-COFUND-IPD, Université de Liège (1/12/2016 – 30/11/2018)

Le projet examine la grande compilation turinoise de Guiron le Courtois en mettant à profit également les autres manuscrits de Jacques d’Armagnac, tel le français 112 de la Bibliothèque Nationale de Paris, afin de préciser la
nature de ces manuscrits-relais entre Moyen Âge et première Modernité.

Doctorats achevés

Pline et Renaissance
La réception du livre XXXV de l’Histoire naturelle de Pline l’Ancien dans l’Italie de la Renaissance (de Pétrarque à Vasari)

Doctorante : Mathilde Bert
Directrice de thèse : Dominique Allart et C. Nativel (Université de Paris I)

Thèse soutenue en 2012.

La thèse se propose d’envisager la réception des sections de l’Histoire naturelle que Pline l’Ancien a consacrées à la peinture antique dans l’Italie de la Renaissance (de Pétrarque jusqu’à la seconde édition des Vies de Vasari). L’approche se fonde sur l’étude de la transmission des écrits de Pline durant cette période, et sur l’analyse des manipulations dont la topique plinienne fait l’objet dans une grande variété de sources, qui vont des commentaires de Pline aux traités d’art, en passant par des recueils de notes et des épistoliers. Son objectif est ainsi de comprendre comment et pourquoi les milieux artistiques se réfèrent à Pline, et cela afin de faire émerger des enjeux théoriques susceptibles d’éclairer la pratique picturale et, partant, le rapport encore difficile à saisir entre l’art de la Renaissance et l’imaginaire de la peinture antique.

Lilia florent
Lilia Florent : l’imaginaire politique et social à la cour de France durant les premières Guerres d’Italie (1494-1525)

Doctorant : Jonathan Dumont
Directeur de thèse : Alain Marchandisse

Thèse soutenue en 2010.

Au moment des premières Guerres d’Italie (1494-1525), les auteurs de la cour de France élaborent une idéologie de l’assimilation de l’Italie par la France : la Franco-Italia. En cela, ils s’appuient sur une longue tradition littéraire faisant du royaume une terre idyllique et des Français un peuple d’exception. Historiographes et poètes modèlent ainsi la Péninsule à leur guise, tant et si bien, que celle-ci apparaît comme une nouvelle France peuplée d’Italiens francisés. Cette pensée révèle pourtant bien plus qu’une simple tentative d’absorption de l’Italie par la France. Elle met en lumière toute l’ampleur du bouleversement des structures sociales traditionnelles du royaume en ce début du XVIe siècle, autrement dit, les trois ordres du féodalisme (oratores, bellatores et laboratores). À ce moment, l’on assiste à un phénomène tout à fait neuf : une critique de ce modèle au sein des cercles fermés du pouvoir. La Franco-Italia doit donc être considérée comme un champ d’expérimentation permettant aux auteurs de redéfinir les contours d’une trifonctionnalité moribonde. On l’aura compris, ce travail est placé à la fois sous le signe de l’acculturation – celle de l’Italie et des Italiens – et de la réflexion identitaire tirée d’une expérience de l’altérité – en francisant l’Italie, les Français redéfinissent leurs structures politiques et sociales –, et, dès lors, permet de saisir dans toute sa complexité la nature même de la pensée politique au début de la Renaissance, pensée pleine de contradictions et de doutes, fruit d’une période faite de bouleversements et d’inquiétudes.

Portraits de dévots
Portraits de dévots, pratiques religieuses et expérience spirituelle dans la peinture des anciens Pays-Bas (1400-1550)

Doctorante : Ingrid Falque
Directrice de thèse : Dominique Allart

Thèse soutenue en 2010.

L’étude se concentre sur le portrait dévotionnel (mieux connu sous le nom, erroné car abusif, de « portrait de donateur ») dans la peinture des anciens Pays-Bas entre 1400 et 1550. Elle vise à préciser ses significations dans le contexte spirituel de l’époque. La première partie dresse un panorama complet des modalités de représentation des dévots dans la composition religieuse. La seconde partie – fondée sur une confrontation entre les oeuvres et la littérature dévotionnelle et mystique de l’époque (Jan van Ruusbroec, Geert Grote, Gérard Zerbolt van Zutphen) – montre comment ces tableaux peuvent être utilisés comme supports, et surtout comme « mises en image » du processus contemplatif des personnes représentées. Parallèlement à ces démarches analytiques et interprétatives, la thèse comporte un catalogue des œuvres étudiées, comportant 663 entrées.

Bernard van Orlay
‘D’abord sa manière étoit gottique’. L’œuvre peint de Bernard van Orley jusqu’au début des années 1520

Doctorant : Alexandre Galand
Directrice de thèse : Dominique Allart

Thèse soutenue en 2011.

Les années 1510-20 apparaissent comme un moment crucial pour l’introduction de la Renaissance aux Pays-Bas. Or, cette période coïncide avec la première période d’activité de Bernard van Orley, un témoin majeur de cette époque de transition. Jusqu’à présent, la recherche a surtout envisagé l’artiste par le prisme de ses magnifiques tapisseries. De la fin de la première décennie du XVIe siècle à 1521, où il signe le monumental Triptyque de Job et de Lazare (Bruxelles, MRBAB/KMSKB), l’artiste a pourtant élaboré un œuvre peint de plus en plus perméable aux formes en provenance de la péninsule italienne. Ce changement de perspective a-t-il entraîné des différences importantes en termes de pratiques d’atelier ? Comment peuvent être caractérisées les œuvres constituant le noyau dur d’un catalogue aux frontières mouvantes ? En quoi les documents d’archives fournissent-ils un nouvel éclairage sur l’activité de l’artiste ? Ces questions sont au centre d’un travail qui se donne pour ambition de renouveler la vision de la peinture de Bernard van Orley, domaine jusqu’à aujourd’hui négligé.

Demeures patriciennes
Les demeures patriciennes et leur organisation intérieure à Liège au XVIIIe siècle. L’influence du modèle français

Doctorante : Isabelle Gilles
Directrice de thèse : Dominique Allart

Thèse soutenue en 2012.

Portails occidentaux d’Amiens
Étude des portails occidentaux de la cathédrale d’Amiens et leur postérité dans la sculpture du XIIIe siècle en Europe

Doctorante : Marie Lekane
Directeur de thèse : Benoît Van den Bossche

Thèse soutenue en 2015.

Dans le domaine de l’Histoire de l’Art médiéval, un regain d’intérêt pour la sculpture gothique est nettement perceptible. En dépit de l’importance des portails occidentaux d’Amiens, ils n’ont pas encore donné lieu à une véritable monographie qui leur serait exclusivement consacrée. Le projet de thèse se donne pour but de combler de nombreuses lacunes. Le premier objectif est de mener à terme des démarches aussi importantes que la critique d’authenticité et l’analyse technique de l’ensemble – l’un des plus vastes « programmes iconographiques » de l’époque gothique. Le deuxième consistera en une révision en profondeur de questions déjà débattues mais restées sans réponse, notamment dans les domaines de la rationalisation, de la chronologie et de l’iconographie. Dans un troisième temps, il s’agira, par la constitution d’un catalogue raisonné, d’évaluer l’impact amiénois sur la sculpture du XIIIe siècle en Europe.

Il carteggio
Il carteggio di Francesco Guicciardini, laboratorio della lingua e delle idee politiche

Doctorante : Hélène Miesse
Directrice de thèse : Paola Moreno

Thèse soutenue en 2013.

La thèse consiste en une analyse du vocabulaire de la politique dans la correspondance de Francesco Guicciardini, qui constitue un corpus exceptionnel, tant par son étendue (plus de 5000 lettres envoyées et reçues, de 1499 à 1540) que par sa qualité. Dans cette perspective, sont pris en considération cinq termes clés : Prudenza, Discrezione, Opinione, Congettura et Esperienza. L’étude systématique de l’insertion textuelle, des glissements de sens et des polysémies auxquelles ces mots sont soumis aide à comprendre sans anachronisme le lexique et la nouvelle langue politique déployés dans les textes pris en considération, mais aussi à cerner la nature des liens qui unissent la correspondance au reste de la production de l’auteur.

Plus d’informations

Guerres en Italie
Des guerres en Italie avant les guerres d’Italie. Le fait militaire français dans la Péninsule à l’époque du Grand Schisme d’Occident

Doctorant : Christophe Masson
Directeur de thèse : Alain Marchandisse

Thèse soutenue en 2011.

À l’époque du Grand Schisme d’Occident, les ducs d’Anjou et d’Orléans ainsi que le roi de France furent attirés en Italie. Si Louis Ier avait été adopté par la reine Jeanne Ière de Naples, Louis d’Orléans reçut pour sa part la seigneurie de la cité de Gênes, qu’il revendit ensuite à son frère, le roi Charles VI. Leurs prétentions sur ces terres se heurtant à nombre d’oppositions, ils furent contraints de prendre les armes, personnellement ou par l’intermédiaire de lieutenants généraux. C’est une étude complète de ces interventions militaires et de leurs implications dans la création de l’état moderne que nous entendons réaliser dans le cadre de notre thèse de doctorat. Nous associerons pour ce faire différentes approches, à savoir les histoires militaire, politique, économique, sociale, religieuse ou culturelle. Le croisement des points de vue enrichira notre propos en offrant des réponses complémentaires à des questions qui ne manqueront pas de se multiplier, augmentant par là même le caractère global et pertinent de notre recherche.
Notre étude, que nous voulons novatrice, tant dans son objet, jusqu’à présent négligé, dans sa construction, pluridimensionnelle, que dans sa méthodologie, forgée à l’occasion de sa réalisation, devrait donc ouvrir la voie à d’autres recherches du même type et parfaire la connaissance des relations franco-italiennes à la charnière des XIVe et XVe siècles.

Manuscrit de Strasbourg
Les recettes artistiques du Manuscrit de Strasbourg et leur tradition dans les réceptaires allemands des XVe et XVIe siècles (édition, traduction et commentaires technologiques)

Doctorante : Sylvie Neven
Directrice de thèse : Dominique Allart

Thèse soutenue en 2011.

La thèse porte sur un témoin majeur de la littérature des recettes artistiques de la fin du Moyen Âge, le Manuscrit de Strasbourg, rédigé en langue allemande vers 1400, et connu par le biais d’une transcription du XIXe siècle. Le Manuscrit de Strasbourg fournit des prescriptions destinées à la mise en œuvre des pigments et des liants dans la peinture et l’enluminure. Composé à cette période charnière de l’histoire de l’art occidental qui voit l’expansion et le perfectionnement de la technique de la peinture à l’huile, il est l’un des rares réceptaires de l’époque à traiter de la fabrication de médiums à base d’huile. La démarche accomplie dans le cadre de cette thèse combine une analyse philologique et critique du texte et une mise en parallèle avec d’autres témoins issus de la même tradition, en vue d’une nouvelle édition. Enfin, le contenu du Manuscrit de Strasbourg est explicité de manière détaillée sous l’angle technologique, en vue d’une plus juste évaluation de sa portée dans le contexte général de l’histoire des techniques artistiques.

Confesseurs princiers
Le confesseur du Prince dans les Pays-Bas espagnols (1598-1659) : une fonction, des individus.

Doctorant : Pierre-François Pirlet
Directrice de thèse : Annick Delfosse

Thèse soutenue en 2015.

Ce travail doctoral a pour objectif d’envisager l’action des confesseurs de cour à Bruxelles depuis les archiducs jusqu’à la fin de la présence espagnole dans les Pays-Bas catholiques. La démarche consistera en la confrontation de parcours personnels retracés grâce aux autographes épistolaires, apologétiques et institutionnels engageant les confesseurs, mais également à l’aide de relations curiales composées par des contemporains. Il s’agit donc de comprendre les relations existant entre le confesseur et son pénitent, entre le courtisan et le monde du pouvoir, entre le religieux et l’Église et, partant, de définir la praxis d’hommes de préceptes confrontés au pouvoir du Prince.

Le passé au XVIIe
Le passé au XVIIe siècle en France, représentations et pratiques mémorielles

Doctorante : Caroline Saal
Directrice de thèse : Annick Delfosse

Thèse soutenue en 2016.

Du Grand Siècle français (1598-1715), nous gardons l’image d’une communication sur le passé contrôlée. Pourtant, l’historien sait que les spectateurs et auditeurs du XVIIe siècle percevaient les efforts de persuasion, voire de manipulation de leurs dirigeants. En outre, les limites de la communication à l’époque moderne, l’importance des racines locales, les déchirements politiques et religieux laissent deviner la cohabitation de mémoires collectives différentes, voire divergentes. Dès lors, que retenaient réellement de leur passé les gens ordinaires ? Comment se le représentaient‑ils et quelles pratiques les y liaient ? Cette étude tentera de répondre à ces questions, peu abordées tant qu’à présent, à partir de sources littéraires, iconographiques et cérémonielles. L’hétérogénéité et la complémentarité de ces sources permettront une approche globale de la relation au passé et la mise en évidence des différentes dimensions des mémoires : formes, contenus, diffusion et utilisations.

Goûter le monde
Goûter le monde. Pour une histoire culturelle du goût à l’époque moderne

Doctorante : Viktoria von Hoffmann
Directeurs de thèse : Franz Bierlaire et Carl Havelange

Thèse soutenue en 2010.

Située au croisement de l’histoire des cultures sensibles, des Food Studies et de l’anthropologie historique, cette thèse propose une histoire des représentations du sens du goût, qui ne se limite pas à l’étude des pratiques alimentaires, comme c’est le plus souvent le cas. Centrée sur l’aire culturelle française des XVIIe et XVIIIe siècles, elle exploite un corpus documentaire large composé de sources de natures variées, principalement philosophiques, médicales, religieuses et culinaires. Ce travail propose de mettre en lumière l’histoire d’un sens, plus que celle de la cuisine, révélant dans son sillage l’évolution d’un rapport au monde des hommes d’Ancien Régime. Explorant la genèse et la construction d’une culture gustative moderne, elle dresse d’abord le constat d’une dévalorisation séculaire du goût. Situé traditionnellement au bas de la hiérarchie des sens, le goût est longtemps perçu comme un sens inférieur, matériel, corporel et animal. Mais entre l’époque classique et celle des Lumières, des indices de représentations nouvelles apparaissent, témoins d’un déplacement des significations culturelles du goût devenu, au XVIIIe siècle, la métaphore du jugement esthétique du Beau.

Post-doctorats achevés

Des hommes et des lectures
Des hommes et des lectures sous surveillance  : le livre dans les Pays-Bas sous le conseil des Troubles (1567-1576)

Post-Doctorant : Renaud Adam
Directrice de recherche : Annick Delfosse

FNRS (2014-2017)

Ce projet de recherches se propose d’offrir un regard nouveau sur la situation du livre dans les Pays-Bas au cours des décennies 1560-1570. L’objectif est d’étudier la communauté des imprimeurs ainsi que mieux comprendre les mécanismes qui sous-tendent la diffusion et la consommation de livres au cours d’une période qui coïncide avec l’Âge d’or de l’industrie du livre de ce territoire, mais qui est également marquée par d’importants troubles politico-religieux. Notre étude se base sur les archives produites dans l’environnement du Conseil des troubles, le tribunal d’exception créée par Philippe II en réponse au soulèvement et aux débordements d’une partie de la population des Pays-Bas dans les années 1566-1567. Cette institution, active de 1567 à 1576 et placée sous l’autorité du duc d’Albe, a surveillé de très près la fabrication, la vente et la possession de livres, en raison du danger potentiel que représente ce ferment culturel par excellence qu’est le livre. Cette « police du livre » a produit des archives d’une minutie sans égal et jusqu’ici trop peu exploitées par le chercheur soucieux d’analyser non seulement le milieu socioprofessionnel des artisans du livre, mais aussi la circulation du livre en tant que marchandise ainsi que le substrat culturel des Pays-Bas.

TADHKIRA
Les manuscrits de la Tadhkira d’al-Ṣafadī (1297 – 1363)

Post-Doctorante : Elise Franssen
Directeur de recherche : Frédéric Bauden

FNRS (Chargée de recherches, 01/10/2013-09/01/2017)

Al-Ṣafadī (696-764/1297-1363) est l’un des érudits les plus importants de l’époque mamelouke. Nous avons la chance d’avoir plusieurs volumes de son carnet de lecture personnel, sa Tadhkira, qui ont été conservés. Ce projet de recherches vise principalement à donner l’image la plus précise possible de la méthodologie d’al-Ṣafadī. Il sera ainsi possible d’étudier ses stratégies de lecture, ses méthodes de prise de notes, en confrontant ces carnets aux ouvrages lus et publiés par al-Ṣafadī.

Artistes, Hommes de lettres et secrétaires
Artistes, Hommes de lettres et secrétaires à la cour de Côme Ier de Médicis (1537-1554)

Post-Doctorant : Antonio Geremicca
Directrices de recherche : Dominique Allart, Paola Moreno

Université de Liège, Commission Européenne (Marie Curie Cofund, 2013-2015)

Le projet vise à étudier l’étude des dynamiques culturelles, artistiques et politiques déployées à la cour de Côme Ier de Médicis, par une approche transdisciplinaire conjuguant l’expertise sur les sources à la fois visuelles et littéraires. Le but est de comprendre l’apport des artistes, des hommes de lettres et des secrétaires du duc aux commandes issues de la cour pendant les deux premiers décennies du son règne, avant l’arrivée à Florence de Giorgio Vasari, qui fut, à partir de 1554, l’ordonnateur des initiatives artistiques de Médicis, et par là-même l’artisan de l’image officielle du pouvoir ducal.

Projet de recherche-cadre : ARC EpistolART

Présentation

OLSE
Les origines du lexique scientifique européen. Une analyse lexicographique, historique et anthropologique des premières encyclopédies en langues romanes

Post-Doctorant : Gianluca Valenti
Directrice de recherche : Nadine Henrard

Union Européenne – Appel BeIPD-COFUND-IPD-2013 (01/12/2013 – 30/11/2015)

Cette recherche a deux objectifs principaux. Le premier est de réaliser un glossaire exhaustif du lexique médical présent dans un corpus de textes ciblé, à savoir trois traductions dans les principales langues romanes (moyen français, mantouan et occitan) du De proprietatibus rerum, l’une des plus anciennes encyclopédies latines médiévales. Ce répertoire aura plusieurs points d’intérêt concernant, d’un côté, l’histoire des sciences, voire même des racines culturelles de l’Europe et, de l’autre, l’histoire des origines et de la formation des langues vernaculaires. Alors que la première partie de la recherche portera sur l’acquisition et l’encodage des données, dans une démarche quantitative et statistique, le deuxième objectif comportera une élaboration des données dans une perspective plus analytique et qualitative. Il s’agira alors de croiser plusieurs critères – la fréquence de l’utilisation des mots, leur persistance dans les langues modernes, la diffusion manuscrite des œuvres – afin de pondérer l’influence et la pénétration dans le domaine médical au niveau lexical mais aussi au niveau du transfert du savoir, de la culture latine aussi bien que des aires voisines de l’Europe.