Nos membres annoncent
  • 09/02/2018

    Obtention par Alessandro Aresti d'une Marie Sklodowska-Curie Individual Fellowship

    Alessandro Aresti, membre de Transitions et collaborateur scientifique de l’Université de Liège (où il a été chercheur post-doc avec un mandat Marie Curie Cofund de 2015 à 2017), a obtenu une Marie Sklodowska-Curie Individual Fellowship de l’Union européenne pour conduire des recherches sur la langue des arts en Italie entre le Moyen Âge et la Renaissance. Son projet a comme objectif la réédition en ligne des documents contenus dans deux anthologies publiées par l’érudit siennois Gaetano Milanesi (1813-1895), Documenti per la storia dell’arte senese (Siena, Porri, 3 voll., 1854-1856) et La scrittura di artisti italiani (secoli XIV-XVII) (Firenze, presso l’Editore Carlo Pini, 1876), et la réalisation d’un dictionnaire de l’italien historico-artistique. Alessandro Aresti sera rattaché à l’Opera del Vocabolario Italiano (Florence), qui dépend du Consiglio Nazionale delle Ricerche (CNR), et travaillera sous la direction de Lino Leonardi.

  • 23/02/2018

    Défense de thèse de Cristiano Amendola - Il vero raccontato. Narratio brevis e retorica umanistica nell’epistola tra Quattro e Cinquecento

    14h00Liège, Université de Liège, Bât. A1, salle Lumière

    Le 23 février prochain à 14h, en la salle Lumière de l’Université de Liège, Cristiano Amendola défendra publiquement sa thèse de doctorat intitulée Il vero raccontato. Narratio brevis e retorica umanistica nell’epistola tra Quattro e Cinquecento.

    Cette thèse, dirigée par la prof. Paola Moreno (ULiège), propose une histoire du sermo quotidianus adopté par l’épistolographie humaniste sous l’effet modélisant de l’écriture épistolaire cicéronienne, en identifiant dans les formes de la Narratio brevis romane les références littéraires principales. Elle propose, en outre, une reconstruction des processus de codification de l’épistolographie italienne à la fin du 15e et au début du 16e siècle.

  • 09/03/2018

    The ‘Longue Durée’ of the Querelle des femmes: Gender, Materiality, Form

    09h30Paris, Institut d'études avancées, Hôtel de Lauzun

    Organisation : Elizabeth L'Estrange
    Programme de la journée

  • 23/03/2018

    Conférence - Theatre and Material: Netherlandish Sculpture and the Sacred - E. M. Kavaler

    16h00Liège, Théâtre universitaire

    Le prof. E. M. Kavaler, directeur du Centre for Reformation and Renaissance Studies du Victoria College (University of Toronto), prononcera le 23 mars 2018 à 16h au Théâtre universitaire une conférence intitulée “Theatre and Material: Netherlandish Sculpture and the Sacred”.
    Invitation cordiale à tous.

  • 24/03/2018

    Événement - remise des insignes de doctor honoris causa au prof. E.M. Kavaler

    10h00Liège, Université de Liège, Amphithéâtre de l'Europe

    Événement : le Prof. E.M. Kavaler, directeur du Centre for Reformation and Renaissance Studies du Victoria College (University of Toronto), recevra les insignes de docteur honoris causa de notre Université le 24 mars 2018.

    Plus d'informations...

  • 17/04/2018

    (Demi-)journée d'étude annuelle de la Bibliothèque royale de Belgique - Les bibliothèques patrimoniales en Belgique, 500 ans d’histoire

    Bibliothèque royale de Belgique - Parkroom

    En cette année académique 2017-2018, l’Université de Liège et l’Université de Gand commémorent chacune le bicentenaire de leur fondation. Ce n’est cependant pas leur seul point commun : ces deux institutions abritent en effet les pôles patrimoniaux les plus significatifs du Nord et du Sud du pays. L’occasion était belle de prendre appui sur ces deux dépôts (universitaires) d’exception pour aller à la rencontre d’autres bibliothèques belges dont les richesses – présentées ici sous des angles inédits – méritaient tout autant un éclairage de premier plan. Cinq collections seront ainsi mises à l’honneur, le 17 avril 2018 à la Bibliothèque royale de Belgique, lors de la prochaine journée d’étude du groupe de contact du FNRS « Documents rares et précieux ». Les bibliothèques patrimoniales de Gand et de Liège, bien sûr, mais aussi la Réserve précieuse de la Société archéologique de Namur, la collection d’autographes du Musée de Mariemont ou encore la célèbre Bibliothèque des ducs de Bourgogne, berceau de ce qui deviendra la future Bibliothèque royale de Belgique. Un focus sur les liens entretenus par cette dernière avec ses homologues de Liège et de Gand, via des réseaux bibliothéconomiques et bibliophiliques, permettra ainsi de boucler la boucle.

  • 18/04/2018

    Conférence - "Architecture et polyphonie au XVe siècle : une esthétique partagée du flamboyant" - Graeme Boone (Ohio State University)

    18h00Liège, Liège Université, Bât. A1, Grand-Physique

    Le 18 avril prochain, à l'invitation de la filière Histoire de l'art, archéologie et musicologie du département des Sciences historiques de l'Université de Liège, Monsieur Graeme Boone (Ohio State University) prononcera une conférence intitulée "Architecture et polyphonie au XVe siècle : une esthétique partagée du flamboyant". La conférence aura lieu à 18 heures, dans la salle Grand Physique.

    L’intuition d'une identité partagée entre la polyphonie musicale et l'architecture flamboyante du xve siècle est depuis longtemps constatée, mais la nature précise de cette symétrie trans-disciplinaire n'a pas jusqu'à présent fait l'objet d’un examen approfondi. Or, l'ébauche d'une telle étude nous permet d'entrevoir des conceptions étroitement analogues entre les deux domaines, ouvrant la possibilité d'une co-illumination révélatrice et, de là, d’une remise en valeur des mentalités artistiques nord-européennes au seuil de la Renaissance.

  • 09/05/2018

    Journée d’étude - Mobilité(s) à l’époque moderne et de nos jours. Regards croisés

    Bruxelles, Bibliothèque royale de Belgique, Royal Sky Room 1

    Inscription : ici

  • 24/05/2018

    Ma thèse en 180 secondes - finale interuniversitaire

    Aurore Drécourt, doctorante de Transitions, fait partie des quatre candidats à avoir remporté la finale liégeoise de Ma thèse en 180 secondes. Elle s'est ainsi qualifiée pour la finale interuniversitaire du coucours, une finale qui se déroulera à Bruxelles le jeudi 24 mai. Toutes nos félicitations !

  • 24/05/2018

    Launching RASCIO - Workshop, organized by Élise Franssen

    09h00Sala Archivio, Università Ca' Foscari, Venise

    This workshop is the opening event of Élise Franssen's Marie Skłodowska-Curie project "RASCIO" (Reader, Author, Scholar in a Context of Information Overflow. How to manage and master knowledge when there is too much to know?" — grant agreement n° 749180; see here).

    It is intended to be a methodological and case-studies’ round-table. The different topics to be addressed are:

    • Methodology and note-taking strategies
    • Correspondence between scholars/littérateurs and networking
    • Scholars’ libraries
    • Digital humanities and on-line editions

    Full program

  • 26/10/2018

    Nouvelles perspectives sur les maternités. Regards croisés des sciences et de la littérature

    15h30 Institut Pierre Werner, 28 rue Münster, 2160 Luxembourg

    La maternité est un sujet qui divise. Largement investie par les stéréotypes, l’image des mères est prise dans un faisceau de représentations depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours. Tantôt source d’oppression, tantôt source de pouvoir, la maternité est indissociable de la construction sociale des. La procréation se place ainsi comme la pierre angulaire de la féminité, essentialisant le genre féminin et les corps des femmes. Ces derniers se font les réceptacles des constructions sociales : accepter ou refuser la procréation, être fertile ou être stérile, autant de faits qui conditionnent la manière dont la féminité est socialement construite et perçue.

    Penser la maternité convoque tous les aspects de la vie biologique et sociale, mêlant étroitement des pratiques (sociales, médicales, anthropologiques, etc.) et des représentations que les arts ont investi. Si la grossesse, l’accession à la maternité ont pu quitter au XXe siècle le domaine du tabou littéraire et social (Détrez, Simon 2006), reste que les œuvres artistiques témoignent de la difficulté à s’extraire d’une pensée binaire de la maternité, tout en mettant en mots des enjeux contemporains qui déchaînent les passions. Ces questionnements sociaux et juridiques, qui nourrissent les œuvres artistiques, renvoient également aux pratiques médicales entourant la maternité, et donc les corps des femmes. Bien avant notre époque contemporaine d’ailleurs, le Moyen Âge occidental, pour ancrer notre réflexion dans le temps et l’espace, voit la maternité (grossesse, accouchement, allaitement, mise en nourrice, et prime éducation du nourrisson puis du bébé) comme objet du développement d’un discours médical prescriptif.

    Ce cycle de séminaire est l’occasion de faire dialoguer humanités et sciences autour de ce que le concept de maternité implique tant au niveau des pratiques qu’à celui des représentations, de manière à déconstruire les discours traditionnels qui s’articulent autour de normalité / anormalité. Il s’agira d’explorer, au-delà de tout système d’opposition, les grands topoï liés à la maternité : le fait de donner naissance, la maternité à travers les âges, les corps des femmes et l’allaitement, la maternité et l’éthique, la violence des mères et l’homoparentalité féminine.

    Organisation : Hélène Barthelmebs et Marjolaine Raguin

    Programme

  • 23/11/2018

    Nouvelles perspectives sur les maternités. Regards croisés des sciences et de la littérature

    15h30 Institut Pierre Werner, 28 rue Münster, 2160 Luxembourg

    La maternité est un sujet qui divise. Largement investie par les stéréotypes, l’image des mères est prise dans un faisceau de représentations depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours. Tantôt source d’oppression, tantôt source de pouvoir, la maternité est indissociable de la construction sociale des. La procréation se place ainsi comme la pierre angulaire de la féminité, essentialisant le genre féminin et les corps des femmes. Ces derniers se font les réceptacles des constructions sociales : accepter ou refuser la procréation, être fertile ou être stérile, autant de faits qui conditionnent la manière dont la féminité est socialement construite et perçue.

    Penser la maternité convoque tous les aspects de la vie biologique et sociale, mêlant étroitement des pratiques (sociales, médicales, anthropologiques, etc.) et des représentations que les arts ont investi. Si la grossesse, l’accession à la maternité ont pu quitter au XXe siècle le domaine du tabou littéraire et social (Détrez, Simon 2006), reste que les œuvres artistiques témoignent de la difficulté à s’extraire d’une pensée binaire de la maternité, tout en mettant en mots des enjeux contemporains qui déchaînent les passions. Ces questionnements sociaux et juridiques, qui nourrissent les œuvres artistiques, renvoient également aux pratiques médicales entourant la maternité, et donc les corps des femmes. Bien avant notre époque contemporaine d’ailleurs, le Moyen Âge occidental, pour ancrer notre réflexion dans le temps et l’espace, voit la maternité (grossesse, accouchement, allaitement, mise en nourrice, et prime éducation du nourrisson puis du bébé) comme objet du développement d’un discours médical prescriptif.

    Ce cycle de séminaire est l’occasion de faire dialoguer humanités et sciences autour de ce que le concept de maternité implique tant au niveau des pratiques qu’à celui des représentations, de manière à déconstruire les discours traditionnels qui s’articulent autour de normalité / anormalité. Il s’agira d’explorer, au-delà de tout système d’opposition, les grands topoï liés à la maternité : le fait de donner naissance, la maternité à travers les âges, les corps des femmes et l’allaitement, la maternité et l’éthique, la violence des mères et l’homoparentalité féminine.

    Organisation : Hélène Barthelmebs et Marjolaine Raguin

    Programme