À propos de l’Unité de recherches

En 1969, le Professeur Léon-Ernest Halkin (1906-1998), éminent spécialiste de l’Histoire de la Renaissance et de la Réforme, crée, à l’Université de Liège, un Institut dédié à ce domaine. Cet institut acquiert très rapidement une réputation enviée et attire de nombreux étudiants liégeois et étrangers.

Le désir de perpétuer cette tradition, conjugué avec la volonté d’une ouverture interdisciplinaire plus affirmée, conduit à une première refondation de l’Institut, sous le titre « Humanisme, Renaissance, Réformes : genèses de la modernité, de Pétrarque à Galilée ». En 2010, une association est conclue avec le Centre d’Études médiévales de l’Université de Liège ainsi qu’avec le Réseau 17e siècle/Netwerk 17de eeuw. C’est alors qu’est créé « Transitions. Centre d’Etudes sur le Moyen Âge tardif et la Première Modernité ». Le projet est porté par Dominique Allart, Annick DelfosseMarie-Elisabeth HenneauNadine HenrardLaure Fagnart, Alain MarchandissePaola MorenoBenoît Van den Bossche, Frédérick Vanhoorne et Philippe Vendrix. De nombreux chercheurs, médiévistes et modernistes, spécialistes de différentes disciplines, les rejoignent, et des partenariats sont conclus avec d’autres institutions belges et étrangères poursuivant des objectifs comparables.

Le 21 mars 2012, le Centre est reconnu comme Département de Recherche par le Conseil d’Administration de l’Université de Liège. En janvier 2016, à l’occasion de la réorganisation des structures de recherches de l’Université de Liège, il a été transformé en Unité de recherches, désormais intitulée « Transitions. Moyen Âge et première Modernité ».