Agenda
  • 25/01/2019

    Nouvelles perspectives sur les maternités. Regards croisés des sciences et de la littérature

    15h30 Institut Pierre Werner, 28 rue Münster, 2160 Luxembourg

    La maternité est un sujet qui divise. Largement investie par les stéréotypes, l’image des mères est prise dans un faisceau de représentations depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours. Tantôt source d’oppression, tantôt source de pouvoir, la maternité est indissociable de la construction sociale des. La procréation se place ainsi comme la pierre angulaire de la féminité, essentialisant le genre féminin et les corps des femmes. Ces derniers se font les réceptacles des constructions sociales : accepter ou refuser la procréation, être fertile ou être stérile, autant de faits qui conditionnent la manière dont la féminité est socialement construite et perçue.

    Penser la maternité convoque tous les aspects de la vie biologique et sociale, mêlant étroitement des pratiques (sociales, médicales, anthropologiques, etc.) et des représentations que les arts ont investi. Si la grossesse, l’accession à la maternité ont pu quitter au XXe siècle le domaine du tabou littéraire et social (Détrez, Simon 2006), reste que les œuvres artistiques témoignent de la difficulté à s’extraire d’une pensée binaire de la maternité, tout en mettant en mots des enjeux contemporains qui déchaînent les passions. Ces questionnements sociaux et juridiques, qui nourrissent les œuvres artistiques, renvoient également aux pratiques médicales entourant la maternité, et donc les corps des femmes. Bien avant notre époque contemporaine d’ailleurs, le Moyen Âge occidental, pour ancrer notre réflexion dans le temps et l’espace, voit la maternité (grossesse, accouchement, allaitement, mise en nourrice, et prime éducation du nourrisson puis du bébé) comme objet du développement d’un discours médical prescriptif.

    Ce cycle de séminaire est l’occasion de faire dialoguer humanités et sciences autour de ce que le concept de maternité implique tant au niveau des pratiques qu’à celui des représentations, de manière à déconstruire les discours traditionnels qui s’articulent autour de normalité / anormalité. Il s’agira d’explorer, au-delà de tout système d’opposition, les grands topoï liés à la maternité : le fait de donner naissance, la maternité à travers les âges, les corps des femmes et l’allaitement, la maternité et l’éthique, la violence des mères et l’homoparentalité féminine.

    Organisation : Hélène Barthelmebs et Marjolaine Raguin

    Programme

  • 29/01/2019

    Redécouverte de Margot l’Enragée (Dulle Griet), chef-d’œuvre de Pierre Bruegel l’Ancien - Dominique Allart (Université de Liège)

    16h00BRAFA (Tour & Taxis, Bruxelles)

    La Prof. Dominique Allart, spécialiste de la famille Bruegel, invitera à réexaminer la célèbre Dulle Griet de Pierre Bruegel l’Ancien (Anvers, Musée Mayer van den Bergh), suite à la restauration qui lui a été consacrée récemment. Dans quelles circonstances l’artiste a-t-il conçu et peint cette étrange composition ? Quelle signification pouvait-elle revêtir à l’époque ? Ces questions conduiront à examiner l’héritage de Jérome Bosch et à aborder les thèmes de la folie et de la misogynie au XVIe siècle.

    Plus d'informations...

  • 19/02/2019

    Érasme et ses lettres : de la correspondance à l'oeuvre épistolaire - Christine Bénévent (École nationale des Chartes)

    18h00Université de Liège, salle Wittert (Bât A1)

    Organisation : cycle de conférences de Transitions.

    Exceptionnellement, la conférence aura lieu dans la salle Wittert

  • 21/02/2019

    Vernissage - (E)mouvoir : fastes et apparats du XVIe au XIXe siècle

    18h30Musée Wittert

    Le Professeur Pierre Wolper, Recteur de l’Université de Liège,
    Le Professeur Jean Winand, Premier Vice-recteur,
    Le Professeur Louis Gerrekens, Doyen de la Faculté de Philosophie et Lettres,
    La Professeure Annick Delfosse, Histoire moderne,
    L’équipe du Musée Wittert,
    ont le plaisir de vous inviter au vernissage de l’exposition (E)mouvoir : fastes et apparats du XVIe au XIXe siècle.

    En collaboration avec ULiège Library, le Centre d’Histoire des Sciences et des Techniques, l’Embarcadère du Savoir, la Maison de la Métallurgie et de l’Industrie de Liège, le laboratoire de Minéralogie du département de Géologie, le département de Chimie et Réjouisciences. Dans le prolongement des projets Cultures du Spectacle baroque et Sacer Horror.

    Plus d'informations dans les nouvelles de l'ULiège...

  • Du 22/02/2019
    au 29/05/2019

    Exposition - (E)mouvoir : fastes et apparats du XVIe au XIXe siècle

    Musée Wittert

    Horaires :
    Lundi-vendredi : 10h00-16h20
    Samedi : 10h00-13h00.

    Plus d'informations dans les nouvelles de l'ULiège...

  • 27/02/2019

    Séminaire - Les sources, de la trace au discours : cadres théoriques, analyse et méthodes

    13h00Université de Liège, salle de l'Horloge (Bât A1)

    Séminaire des doctorants de Transitions.

    Programme :

    • Sébastien Damoiseaux & Aleuna Macarenko (ULiège) – Introduction.
    • Eva Trizzullo (FRS-FNRS - ULiège) – Vasari face aux sources. Les Vite comme outil pour l’étude du milieu culturel romain du Cinquecento : le cas des dataires apostoliques de Léon X (1513-1521).
    • Gaylen Vankan (FRS-FNRS - ULiège) – Traduction ou homonymie ? Quand la source d’information devient source de confusion.

    Modérateur : Antonio Geremicca.

    Organisation : Sébastien Damoiseaux, Aleuna Macarenko et Véronique Winand.

  • 12/03/2019

    Conférence - La sculpture romaine à Liège, modèles antiques et interprétations modernes. Les cas de Lambert Lombard et Jean Del Cour - Grégoire Extermann (Université de Genève)

    18h00Université de Liège, Grand Physique (Bât A1)

    Organisation : unités de recherche Transitions et Art, Archéologie et Patrimoine.

  • 13/03/2019

    Séminaire - Les sources, de la trace au discours : cadres théoriques, analyse et méthodes

    12h00Université de Liège, salle de l'Horloge (Bât A1)

    Séminaire des doctorants de Transitions.

    Programme :

    • Aleuna Macarenko (FRS-FNRS - ULiège) – Le Psautier de Berlin et les fragments apparentés : quand l’objet d’étude devient source de sa propre connaissance.
    • Sébastien Damoiseaux (ULiège) – Les « escroes de l’ostel ». Indices de la diplomatie princière dans les sources de la vie quotidienne.

    Modérateur : Kévin Schmidt.

    Organisation : Sébastien Damoiseaux, Aleuna Macarenko et Véronique Winand.

  • 15/03/2019

    Nouvelles perspectives sur les maternités. Regards croisés des sciences et de la littérature

    15h30 Institut Pierre Werner, 28 rue Münster, 2160 Luxembourg

    La maternité est un sujet qui divise. Largement investie par les stéréotypes, l’image des mères est prise dans un faisceau de représentations depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours. Tantôt source d’oppression, tantôt source de pouvoir, la maternité est indissociable de la construction sociale des. La procréation se place ainsi comme la pierre angulaire de la féminité, essentialisant le genre féminin et les corps des femmes. Ces derniers se font les réceptacles des constructions sociales : accepter ou refuser la procréation, être fertile ou être stérile, autant de faits qui conditionnent la manière dont la féminité est socialement construite et perçue.

    Penser la maternité convoque tous les aspects de la vie biologique et sociale, mêlant étroitement des pratiques (sociales, médicales, anthropologiques, etc.) et des représentations que les arts ont investi. Si la grossesse, l’accession à la maternité ont pu quitter au XXe siècle le domaine du tabou littéraire et social (Détrez, Simon 2006), reste que les œuvres artistiques témoignent de la difficulté à s’extraire d’une pensée binaire de la maternité, tout en mettant en mots des enjeux contemporains qui déchaînent les passions. Ces questionnements sociaux et juridiques, qui nourrissent les œuvres artistiques, renvoient également aux pratiques médicales entourant la maternité, et donc les corps des femmes. Bien avant notre époque contemporaine d’ailleurs, le Moyen Âge occidental, pour ancrer notre réflexion dans le temps et l’espace, voit la maternité (grossesse, accouchement, allaitement, mise en nourrice, et prime éducation du nourrisson puis du bébé) comme objet du développement d’un discours médical prescriptif.

    Ce cycle de séminaire est l’occasion de faire dialoguer humanités et sciences autour de ce que le concept de maternité implique tant au niveau des pratiques qu’à celui des représentations, de manière à déconstruire les discours traditionnels qui s’articulent autour de normalité / anormalité. Il s’agira d’explorer, au-delà de tout système d’opposition, les grands topoï liés à la maternité : le fait de donner naissance, la maternité à travers les âges, les corps des femmes et l’allaitement, la maternité et l’éthique, la violence des mères et l’homoparentalité féminine.

    Organisation : Hélène Barthelmebs et Marjolaine Raguin

    Programme

  • 19/03/2019

    Venise et le livre - Catherine Kikuchi

    Conférence organisée dans le cadre des Miraeus Lecture.

    En 1469, le premier imprimeur vénitien, Johann de Spire, obtient un privilège de la part des autorités de la ville. Après sa mort en 1470, l'industrie du livre va prendre son essor et accueillir plusieurs dizaines d'ateliers simultanément dans la ville. Ce développement économique s'appuie sur des acteurs qui s'organisent progressivement pour trouver les capitaux et les ressources nécessaires pour la production du livre, mettant en place des collaborations de plus en plus denses. Ces acteurs sont pour beaucoup étrangers à Venise : Allemands, mais aussi Milanais, Florentins, Grecs, Juifs... L'industrie du livre tire partie des ressources des communautés étrangères locales, mais en son sein, les relations de pouvoir et les inégalités restent prégnantes. Malgré cela, l'imprimerie s'insère dans le tissu urbain vénitien, reconnue progressivement par les autorités. Comment un monde économique et social se construit-il dans ce grand pôle de production incunable qu'est Venise, à la fin du XVe siècle et dans les premières décennies du XVIe siècle ?

  • 20/03/2019

    Séminaire - Les sources, de la trace au discours : cadres théoriques, analyse et méthodes

    12h00Université de Liège, salle de l'Horloge (Bât A1)

    Séminaire des doctorants de Transitions.

    Programme :

    • Alexandre Goderniaux (ULiège) – Historiographie et herméneutique de la polémique politique des Temps modernes : quelques réflexions.
    • Véronique Winand (U. di Siena - ULiège) – Le codex descriptus, une copie fidèle à son modèle ? Quelques réflexions méthodologiques.

    Modératrice : Adélaïde Lambert.

    Organisation : Sébastien Damoiseaux, Aleuna Macarenko et Véronique Winand.

  • 20/03/2019

    Présentation de l’ouvrage - François Ier et l’Italie / L’Italia et Francesco I

    17h00Liège, Libraire italienne « Eco del Nord », rue de la Régence, 46

    Présentation de l’ouvrage — François Ier et l’Italie / L’Italia et Francesco I, Brepols, 2018, en présence de deux des éditeurs, Jean-Marie LE GALL (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) et Giovanni RICCI (Università degli Studi di Ferrara), et de Jonathan DUMONT et Laure FAGNART.

    Cette présentation est organisée en collaboration avec le groupe de contact du F.R.S.-FNRS « Modèles, échanges et réalisations artistiques (XVe-XVIe siècles) ».

  • Du 21/03/2019
    au 22/03/2019

    Colloque - Transnationalité à la cour / Transnationalism at Court

    Université de Liège, salle des Professeurs (Bât. A1)

    Le projet de recherche MALMECC vise à questionner les principaux modèles historiographiques relatifs à la période médiévale, en se concentrant plus particulièrement sur le rôle de la musique dans la politique, la religion et les arts en milieu curial. Un de ces modèles est celui de la création de l’Etat-nation, ce qui conduit à considérer comme périphériques de larges aires géographiques qui jouèrent pourtant à l’époque un rôle culturel et identitaire de premier plan mais qui ont depuis disparu au sein de nations modernes, à l’image de l’ancienne principauté de Liège, aujourd’hui « divisée » entre Belgique et Pays-Bas, ou les régions gouvernées par la dynastie de Luxembourg au cours des années 1250-1450, qui incluaient des parties des actuelles France, Pologne, République tchèque, Allemagne, Belgique et Luxembourg. Cette conférence sera dédiée à l’étude de tels phénomènes et échanges culturels pré-nationaux et transnationaux, autour des Pays-Bas et d’une comparaison avec le contexte européen.

    Programme

  • 22/03/2019

    Soutenance de thèse - Julien Régibeau - "Faire face à l’incertitude du monde. Pratiques diplomatiques et identité politique du Saint-Siège à l’épreuve des congrès de Westphalie (1639-1651)"

    14h00Université de Liège, Grand Physique (Bât A1)

    Le 22 mars 2019 entre 14h00 et 17h00 en la salle Grand-Physique, Julien Régibeau soutiendra sa thèse intitulée "Faire face à l’incertitude du monde. Pratiques diplomatiques et identité politique du Saint-Siège à l’épreuve des congrès de Westphalie (1639-1651)". Le jury sera composé de :
    Annick Delfosse (ULiège-promotrice)
    Bruno Demoulin (ULiège)
    Violet Soen (KUL)
    Silvano Giordano (Pontificia Università Gregoriana)
    Guido Braun (Université de Haute-Alsace/Universität Bonn).
    La soutenance de thèse est publique.

  • 27/03/2019

    Séminaire - Les sources, de la trace au discours : cadres théoriques, analyse et méthodes

    12h00Université de Liège, salle de l'Horloge (Bât A1)

    Séminaire des doctorants de Transitions.

    Programme :

    • Frédéric Degroote (ULiège - FRESH) – Le livre de madrigaux comme source : réflexions sur le cas anversois.
    • Giulia Barison (U. di Siena - ULiège) – The Fiorita by Armannino: first notes on "group C".

    Modératrice : Véronique Winand.

    Organisation : Sébastien Damoiseaux, Aleuna Macarenko et Véronique Winand.

  • 02/04/2019

    Soutenance de thèse – Anne-Sophie Laruelle - "La figure d’Hercule dans l’art de la tapisserie à la Renaissance (c. 1450-1565). Fortune iconographique et usages politiques"

    14h30Université de Liège, Salle Lumière (Bât A1)

    Le 2 avril 2019 à 14h30, en la salle Lumière de l’Université de Liège, Anne-Sophie Laruelle soutiendra publiquement sa thèse de doctorat intitulée "La figure d’Hercule dans l’art de la tapisserie à la Renaissance (c. 1450-1565). Fortune iconographique et usages politiques".

    Cette thèse, dirigée par la prof. Dominique Allart (ULiège), propose d’examiner les exploits d’Hercule, l’un des thèmes littéraires et artistiques les plus appréciés à la Renaissance, dans le domaine de la tapisserie. Elle interroge, par ailleurs, le sens particulier que les princes européens donnaient à cette figure héroïque et exemplaire.

    Le jury sera composé de Mmes et MM. D. Allart (ULiège), G. Delmarcel (KU Leuven), L. Fagnart (ULiège), C. Paredes (Direction des Monuments et des Sites de la Région de Bruxelles-Capitale / ULB) et B. Van den Bossche (ULiège).

  • 04/04/2019

    Conférence - Le statut d’autrice au XVIe siècle - Eliane Viennot (Université Jean Monnet, Saint-Étienne)

    17h00Université de Liège, salle Wittert (bât. A1)

    Cette conférence organisée dans le cadre du cours d'Histoire de l'Humanisme (HIST-0036) en collaboration avec le FerULg, sera prononcée en lien avec l’adaptation contemporaine de l’Heptaméron de Marguerite d’Angoulême, reine de Navarre et sœur de François Ier qui sera livrée au Théâtre de Liège (mise en scène, Benjamin Lazar ; direction et création musicale Geoffroy Joudrain) entre le 30 mars et le 4 avril 2019.

  • 26/04/2019

    Nouvelles perspectives sur les maternités. Regards croisés des sciences et de la littérature

    15h30 Institut Pierre Werner, 28 rue Münster, 2160 Luxembourg

    La maternité est un sujet qui divise. Largement investie par les stéréotypes, l’image des mères est prise dans un faisceau de représentations depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours. Tantôt source d’oppression, tantôt source de pouvoir, la maternité est indissociable de la construction sociale des. La procréation se place ainsi comme la pierre angulaire de la féminité, essentialisant le genre féminin et les corps des femmes. Ces derniers se font les réceptacles des constructions sociales : accepter ou refuser la procréation, être fertile ou être stérile, autant de faits qui conditionnent la manière dont la féminité est socialement construite et perçue.

    Penser la maternité convoque tous les aspects de la vie biologique et sociale, mêlant étroitement des pratiques (sociales, médicales, anthropologiques, etc.) et des représentations que les arts ont investi. Si la grossesse, l’accession à la maternité ont pu quitter au XXe siècle le domaine du tabou littéraire et social (Détrez, Simon 2006), reste que les œuvres artistiques témoignent de la difficulté à s’extraire d’une pensée binaire de la maternité, tout en mettant en mots des enjeux contemporains qui déchaînent les passions. Ces questionnements sociaux et juridiques, qui nourrissent les œuvres artistiques, renvoient également aux pratiques médicales entourant la maternité, et donc les corps des femmes. Bien avant notre époque contemporaine d’ailleurs, le Moyen Âge occidental, pour ancrer notre réflexion dans le temps et l’espace, voit la maternité (grossesse, accouchement, allaitement, mise en nourrice, et prime éducation du nourrisson puis du bébé) comme objet du développement d’un discours médical prescriptif.

    Ce cycle de séminaire est l’occasion de faire dialoguer humanités et sciences autour de ce que le concept de maternité implique tant au niveau des pratiques qu’à celui des représentations, de manière à déconstruire les discours traditionnels qui s’articulent autour de normalité / anormalité. Il s’agira d’explorer, au-delà de tout système d’opposition, les grands topoï liés à la maternité : le fait de donner naissance, la maternité à travers les âges, les corps des femmes et l’allaitement, la maternité et l’éthique, la violence des mères et l’homoparentalité féminine.

    Organisation : Hélène Barthelmebs et Marjolaine Raguin

    Programme

  • 02/05/2019

    Conférence - Le latin à l'université, aujourd'hui

    17h00Université de Liège, Théâtre universitaire royal de Liège - TURLg (Bât. A4)

    La Faculté de Philosophie & Lettres (Dpts des Sciences de l'Antiquité, des Sciences historiques et de Langues et Littératures françaises et romanes), sur une initiative et avec le soutien des unités de recherche Mondes anciens et Transitions, organise une manifestation consacrée au latin à l'université, aujourd'hui.

    Contacts : Yann Berthelet et Bruno Rochette.

    Réservation souhaitée : latinuniversite@uliege.be.

  • 08/05/2019

    Séminaire - Les sources, de la trace au discours : cadres théoriques, analyse et méthodes

    12h00Université de Liège, salle de l'Horloge (Bât A1)

    Séminaire des doctorants de Transitions.

    Programme :

    • Aude Sartenar (U. de Genève - ULiège) – Existe-t-il une biographie chevaleresque occitane ? La notion de source appliquée aux Chroniques romanes des comtes de Foix d’Arnaud Esquerrier.
    • Lucia Aquino (ULiège) – Baccio Pontelli, marqueteur florentin : des traces documentaires aux œuvres.
    • Sébastien Damoiseaux, Aleuna Macarenko & Véronique Winand (ULiège) – Conclusions.

    Modératrice : Aleuna Macarenko.

    Organisation : Sébastien Damoiseaux, Aleuna Macarenko et Véronique Winand.

  • 22/05/2019

    Présentation de l'ouvrage - Léonard de Vinci à la cour de France, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2019 par Laure Fagnart

    18h00Librairie Eco del Nord (rue de la Régence, 46, 4000 Liège)

    Présentation de l'ouvrage - Léonard de Vinci à la cour de France, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2019 par Laure Fagnart.

    L'histoire des relations et des engagements entre Léonard de Vinci et les rois français compte bien des épisodes. Comment ses tableaux sont-ils entrés en possession des souverains français ? Sont-ils issus de commandes royales, ont-ils été saisis à l'occasion des guerres d'Italie, ont-ils été acquis auprès d'autres collectionneurs prestigieux du temps ? Quel a été leur parcours dans la collection royale française de peintures sous François Ier et sous ses successeurs, Henri IV et Louis XIV en tête ? Ce livre propose de répondre à ces questions et de restituer ainsi une tranche de l'histoire des rapports entre le maître italien et la France.

  • 24/05/2019

    Nouvelles perspectives sur les maternités. Regards croisés des sciences et de la littérature

    15h30 Institut Pierre Werner, 28 rue Münster, 2160 Luxembourg

    La maternité est un sujet qui divise. Largement investie par les stéréotypes, l’image des mères est prise dans un faisceau de représentations depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours. Tantôt source d’oppression, tantôt source de pouvoir, la maternité est indissociable de la construction sociale des. La procréation se place ainsi comme la pierre angulaire de la féminité, essentialisant le genre féminin et les corps des femmes. Ces derniers se font les réceptacles des constructions sociales : accepter ou refuser la procréation, être fertile ou être stérile, autant de faits qui conditionnent la manière dont la féminité est socialement construite et perçue.

    Penser la maternité convoque tous les aspects de la vie biologique et sociale, mêlant étroitement des pratiques (sociales, médicales, anthropologiques, etc.) et des représentations que les arts ont investi. Si la grossesse, l’accession à la maternité ont pu quitter au XXe siècle le domaine du tabou littéraire et social (Détrez, Simon 2006), reste que les œuvres artistiques témoignent de la difficulté à s’extraire d’une pensée binaire de la maternité, tout en mettant en mots des enjeux contemporains qui déchaînent les passions. Ces questionnements sociaux et juridiques, qui nourrissent les œuvres artistiques, renvoient également aux pratiques médicales entourant la maternité, et donc les corps des femmes. Bien avant notre époque contemporaine d’ailleurs, le Moyen Âge occidental, pour ancrer notre réflexion dans le temps et l’espace, voit la maternité (grossesse, accouchement, allaitement, mise en nourrice, et prime éducation du nourrisson puis du bébé) comme objet du développement d’un discours médical prescriptif.

    Ce cycle de séminaire est l’occasion de faire dialoguer humanités et sciences autour de ce que le concept de maternité implique tant au niveau des pratiques qu’à celui des représentations, de manière à déconstruire les discours traditionnels qui s’articulent autour de normalité / anormalité. Il s’agira d’explorer, au-delà de tout système d’opposition, les grands topoï liés à la maternité : le fait de donner naissance, la maternité à travers les âges, les corps des femmes et l’allaitement, la maternité et l’éthique, la violence des mères et l’homoparentalité féminine.

    Organisation : Hélène Barthelmebs et Marjolaine Raguin

    Programme

  • 03/06/2019

    Doctoriales des médiévistes du Grand Est

    09h00Université de Liège, S50 (Bât A4)

    Journée organisée par Fl. Close (Histoire du Moyen Âge Occidental), A. Marchandisse, (Histoire du Moyen Âge Tardif et de la Renaissance), B. Van den Bossche (Histoire de l’Art et Archéologie du Moyen Âge) et G. Wymmersch (coordinateur de la journée).

    Intentions de participation souhaitées avant le 27 mai 2019.
    Informations et inscriptions : G. Wymmersch.

  • 13/06/2019

    L’homme dans le cabinet de curiosités - Myriam Marrache-Gouraud (Université de Bretagne Occidentale)

    20h00Domaine du Château de Jehay Rue du Parc, n°1 4540 AMAY

    Maître de Conférences en Littérature du XVIe siècle à Brest, à la Faculté des Lettres de l'Université de Bretagne Occidentale, Myriam Marrache-Gouraud est l’auteur de nombreux articles et livres à propos de Rabelais et des cabinets de curiosités, notamment dans l’ouvrage de référence La licorne et le bézoard. Une histoire des cabinets de curiosités.

    Les cabinets de curiosités abritent traditionnellement des merveilles de la nature et de l’art. Crocodiles, serpents géants, caméléons et œufs d’autruche y côtoient des coraux, racines monstrueuses, monnaies anciennes ou objets d’art très raffinés. Mais l’homme, on le sait moins, a aussi sa place parmi les curiosités : les formes humaines exceptionnelles voisinent avec les formes animales, végétales, minérales dans les collections. La conférence permettra de comprendre quels types de spécimens humains sont collectionnés, et pourquoi ils le sont.

    Organisation : Alexandre Galand

  • Du 19/06/2019
    au 31/08/2019

    Call For Papers: Marges (XIe-XVIIe siècles). Journées doctorales internationales de Transitions 2020

    Appel à communications : Journées doctorales de Transitions, 5e édition (5-6 février 2020).

    En collaboration avec le Centre d’études supérieures de civilisation médiévale de l'Université de Poitiers (Université de Poitiers) et le Centre for Medieval Literature des universités de York et du Danemark du Sud (Odense, SDU Kolding).

    Comité organisateur à l'Université de Liège : Giulia Barison, Alexandre Goderniaux, Eva Trizzullo, Gaylen Vankan, Véronique Winand.

    Appel à communications/Call for papers (FR/EN)

  • 30/06/2019

    Call For Papers: Impression et diffusion de la loi dans les Pays-Bas habsbourgeois, les Provinces-Unies et la principauté de Liège aux temps modernes (XVIe-XVIIIe siècle)

    Call For Papers: Impression et diffusion de la loi dans les Pays-Bas habsbourgeois, les Provinces-Unies et la principauté de Liège aux temps modernes (XVIe-XVIIIe siècle) / Printing and disseminating the Law in the Habsburg Netherlands, the Dutch Republic and the Prince-Bishopric of Liege in the early modern period (16th-18th century) (Liège, Université de Liège, 5-6 décembre 2019). Deadline pour la soumission: 30 juin 2019. Contact: Renaud Adam.

    Appel à contributions
    Call for papers

  • 09/09/2019

    Giornata di studi: «il romanesco tra ieri e oggi»

    09h00Salle des professeurs, A1 – Bâtiment central – Place 20-Août, Liège

    Sono passate più di due decadi da quando Ugo Vignuzzi (1995:164b) constatò, per l’Italia mediana, l’esigenza di ‘intensifica[re] le ricerche di archivio e le relative indagini sulle testimonianze in volgare, che per certe zone risulta[va]no praticamente allo stato embrionale’. Da allora, numerose e variegate sono state le acquisizioni documentarie – a cui, nei migliori dei casi, fecero seguito dettagliate analisi linguistiche – che hanno permesso di fare luce su alcuni aspetti irrisolti del romanesco (cfr. ad esempio, per il periodo medievale e rinascimentale, Trifone 1998 e Formentin 2012).

    Ideato e realizzato nell’ambito del progetto ‘ROMANESCO 800–1550’, questo workshop si propone di mettere in risalto eventuali nuove testimonianze ancora inedite, di presentare gli studi linguistici in corso (lungo tutto l’arco cronologico dalle Origini all’età moderna), nonché di fare il punto sul materiale archivistico – edito e inedito – fino ad oggi noto. Successivamente alla catalogazione di D’Achille–Giovanardi (1984) è stato infatti rinvenuto negli archivi un cospicuo numero di fonti che trasmettono testi in romanesco, le quali furono debitamente comunicate negli aggiornamenti bibliografici che seguirono (si veda in primo luogo lo Schedario del Lazio della «Rivista italiana di dialettologia», ma anche Costa 1995 e D’Achille 2009). Tuttavia la crescente mole di segnalazioni documentarie, unita alle innovazioni informatiche e tecnologiche di questi ultimi anni (ormai sempre più alla portata anche di utenti non specializzati), rendono necessario un ripensamento globale delle modalità di condivisione delle nuove scoperte derivanti dalle singole ricerche archivistiche, filologiche e linguistiche.

    Organizzazione : Gianluca Valenti

    Programma provvisorio

  • 15/09/2019

    Appel à communications : Naturalisation et légitimation des pouvoirs (1300–1800). Entreprise d’histoire comparée

    Le renvoi à la « naturalité » apparaît être, tant dans les sociétés anciennes que contemporaines, une justification récurrente des formes de domination et des pouvoirs. L’ambition du double colloque interdisciplinaire qui se tiendra à l’Université de Luxembourg (28–29 novembre 2019) et à l’Österreischiche Akademie der Wissenschaften de Vienne (2–3 avril 2020) est de cerner les continuités et les transformations de ce concept à travers le temps et l’espace, sur le continent européen entre 1300 et 1800, afin de produire, à terme, une synthèse collective.

    Plus d’informations sont disponibles dans l’argumentaire ci-joint.

    Les chercheurs.ses intéressé.e.s par ce projet, toutes disciplines confondues, sont convié.e.s à envoyer leurs propositions de communication avant le 15 septembre 2019 à Éloïse Adde et Jonathan Dumont.

    Appel à communications/Call for Papers