Les traces matérielles reconstituent cette audace, de la pierre à l’épieu, de l’habitat au foyer, des sépultures à l’art, étalées sur des millions d’années. Elles nous sont précieuses car fragiles et fugitives, et pourtant l’esprit perce par ces " anomalies " marquées par l’homme sous les forêts, dans la montagne. De tels vestiges résument et renouvellent la nature profonde de la destinée humaine : évanescente quant à ses origines, aléatoire quant à son destin. Une FUTILE AUDACE DOWN

Icon_WriteArticles-1

Une futile audace

Date de parution : 04/2009
Éditeur: RMN Grand-Palais
Nombre de pages : 96
Format : 220 x 280 mm
ISBN : 9782711856367 / WorldCat : 320800791 / UniCat : 9656634

Le Musée national de Préhistoire des Eyzies-de-Tayac en Dordogne, présentait d’avril à octobre 2009, Une futile audace « mettant en scène les œuvres de Jean-Paul Forest dans les spectaculaires collections permanentes, elle nous fait embraser en un seul regard une épopée gigantesque, celle de la rencontre de l’homme et de la pierre, de la Préhistoire à nos jours ». « La réflexion scientifique et philosophique de Marcel Otte articule les collections lithiques du musée avec le travail sur pierre de Jean Paul Forest, les œuvres matérielles du sculpteur faisant écho aux recherches théoriques et conceptuelles du professeur de l’Université de Liège. Action et réflexion s’entremêlent et s’épaulent pour suggérer une trajectoire chaotique mais sensible, favorisant une réflexion plus intemporelle et métaphysique sur les rapports entre l’esprit, le geste et la matière. Deux approches – et deux langages – se combinent pour nous inciter à prendre du recul avec la vision immédiate que nous impose notre civilisation, et ouvrir une perspective plus philosophique du rôle de la création dans les sciences humaines. Cette volonté de mise à distance est le fil conducteur du projet : les recherches de Marcel Otte portent essentiellement sur la Préhistoire, et Jean Paul Forest travaille sur une île isolée de l’Océan Pacifique. Outre leur intérêt commun pour les liens entre matérialité et spiritualité, cette volonté de s’extirper temporellement ou géographiquement de l’emprise de l’  » actualité  » les a paradoxalement réunis. Et effectivement sous cet angle, toute entreprise humaine, de l’histoire de l’humanité à cette exposition en passant par chacune des productions matérielles ou intellectuelles qui la compose, semble bien relever d’ « une futile audace »… »


suspensionLearn more…


La beauté comme élément sémiotique. In : CLOTTES J. (dir.), L’art pléistocène dans le monde /Pleistocene art of the world / Arte pleistoceno en el mundo, Actes du Congrès IFRAO, Tarascon-sur-Ariège, septembre 2010, Symposium « Signes, symboles, mythes et idéologie… ». N° spécial de Préhistoire, Art et Sociétés, Bulletin de la Société Préhistorique Ariège-Pyrénées, LXV-LXVI, 2010-2011, CD : p. 1707-1711
Ouvrage complet « Une futile audace »
« Le 15e jour du mois » du 05/2009, Sortie de presse
Trois jours…, publié le 6 janvier 2009 – Jean-Paul Forest
Les pierres cousues de Papenoo, publié le 6 janvier 2009 – Jean-Paul Forest